pub
Interface PUB

Exclusion de Gerry Taama de la Coalition Arc-en-ciel, le vrai deuil de l’unité au sein de l’opposition

Advertisement

L’opposition togolaise comptait sur une union des partis en désaccord avec le parti au pouvoir pour remporter l’élection présidentielle à venir. Mais, au fil des différents événements elle ne cesse par d’infamantes manières d’étonner le peuple togolais et de montrer qu’elle est elle-même contre l’union qu’elle proclame. Drôle d’opposition, ni mammifère ni chauve-souris.

 

Le tout récent exploit que cette même opposition a réussi, comme pour montrer encore avec alacrité qu’elle est fossoyeuse elle-même de sa propre union, c’est l’exclusion flanquée à Gerry Taama et son parti le NET, de la Coalition Arc-En-Ciel et de CAP 2015. L’information surprend et étonne à plus d’un titre tous les esprits épris des valeurs de l’expression plurielle, libre et démocratique ; tous les citoyens qui combattent par moult moyens, le culte de la personne et de la pensée unique. Car Gerry Taama est victime d’injustice. On lui reproche d’avoir révélé des informations qui ne sont qu’un secret de Polichinelle, donc une pure et simple vérité connue de tout avisé.

 

Alors que la cacophonie et les malentendus de plusieurs ordres rongent de plus en plus, comme un vers dans le fruit, l’opposition à quelques mois de la présidentielle, celle-ci est-elle tenue d’en rajouter une couche ? Quel sort en fin de compte pour l’opposition togolaise ? Depuis les déconvenues diverses qui ont agité cette même coalition avec les mécontentements de nombre de ses partis membres, l’on a jamais eu droit à une décision aussi choquante et à la limite partisane et injuste. Bassabi Kagbara et son parti avaient clamé haut et fort les manœuvres qui ont conduit entre temps à la désignation de Me Apévon comme candidat de la Coalition ; le MCD de Me Tchassona a critiqué cette coalition dont il est membre et a suspendu sa participation à ses travaux ; tout récemment le CAR de Me Apévon a été très véhément contre certaines positions de la Coalition…, et jamais, il n’y a eu notification d’exclusion à ces différents partis. Et pourquoi alors autour du NET, la coalition ne pouvait étudier possiblement une mesure indulgente ?

 

Partisane ? Impartiale ? Sans aucun doute, cette décision l’est et il ne faut pas chercher à se réfugier derrière quelles que nuances de formes ou de fonds que ce soit pour justifier l’attitude de la coalition. Le principe du deux poids, deux mesures, est une sacro-sainte méthode de l’opposition. Et elle en donne ainsi la preuve irréfutable.

 

Plus encore, cette décision est dépouillée de la moindre réflexion stratégique. Car après le divorce politique de l’ANC/ADDI, le manque à gagner de l’opposition en termes de suffrages dans la partie nord du Togo s’accroit. Et il y a de fortes chances que ce manque prenne plus d’ampleur encore, avec une telle décision de la Coalition à l’encontre d’un leader d’opinion du nord. Car bien d’électeurs de cette partie du Togo peuvent s’identifier à la victime de Gerry Taama.

 

Cette décision peut constituer un lourd tribut payable par l’opposition en comparaison des défis qui se posent à elle en vue de la présidentielle. L’expérience multiple de Gerry taama, (Militaire, blogueur, écrivain…) pourra rendre un service non négligeable face aux défis divers qui surgissent de -ci et de-là.

 

Ces manœuvres – et il convient de les appeler ainsi – scellent le deuil de l’unité dans le rang de l’opposition, vont créer un climat de suspicion en son sein et susciter un tilt d’éveil dans la tête de plus d’un Togolais. Il faut y croire. Car les mêmes qui reprochent au parti au pouvoir de cultiver la pensée unique sont pires. On pourrait même à certains égards lire des relents tribalistes dans les actes de cette opposition. Elle est donc très mal placée pour professer quelle que leçon de démocratie que ce soit. Et c’est le moins que l’on puisse dire.

 

La bande à Jean-Pierre Fabre et alliés de CAP, désormais bien réduite comme peau de chagrin – par le fait même de leurs propres initiatives – part avec les chances être écrasée par l’avancée dans le camp présidentiel d’UNIR, avec à la clé des milliers d’actions pragmatiques et positives du Chef de l’Etat sur le terrain. En témoignent, toutes les statistiques élogieuses qui replacent le Togo parmi les pelletons des pays africains d’avenir.

 

 

Advertisement