pub
Sport

Comité de normalisation à la FTF dirigé par Antoine Folly : Un nœud gordien pour le G36 et plus

Advertisement

Vendredi 19 décembre dernier à Marrackech, en réunion au Maroc, la Fifa et la CAF ont annoncé mettre sur pied un comité de normalisation à la FTF dirigé par l’ancien ministre des Sports, Antoine Folly. Et depuis, ce comité ou plutôt la personne à sa tête après son lourd passé (match truqué à Bahrein), dérange les présidents des ligues et clubs au point où le G36 a demandé la convocation d’un congrès extraordinaire.

 

Qui l’aurait cru. Même l’intervention de la Fédération Internationale du Football Association (FIFA) et de sa consœur, la Confédération Africaine de Football (CAF) dans la crise interminable qui secoue la Fédération Togolaise de Football (FTF) n’y a rien changé. Au contraire. Le football national s’enlise.

Après leur courrier envoyé à la FIFA les 17 décembre dernier sans suite, le précédemment groupe 36 agrandi à d’autres acteurs du football passe à l’offensive. Au cours d’une réunion tenue ce lundi 22 décembre 2014 à l’hôtel Eda Oba, les présidents de ligues et de clubs font une série de propositions au nombre desquelles se trouve la création d’un comité de coordination formel de 11 membres pour suivre avec la FIFA et l’Etat, la FTF dans ses activités à venir. On retrouve sur cette liste MM. Winny Dogbatsè, Eric Gagou, Avlessi Tata, Egbéléou, Mathieu Mablé, Daoune Boundjou, Chris Dackey, Kofi Adjodo, Essoyaba Boukpessi, Tino Adjété et Attoh-Mensah.

 

Autre décision non moins importante est : « d’approcher les autorités sportives pour faire cas des propositions formulées par le comité de coordination formel ».

Pour couronner le tout les responsables de ligues et de clubs demandent qu’un : « congrès extraordinaire soit tenu dans un délai raisonnable  ».

 

Pour eux tous, ce n’est pas tant le comité de normalisation réfléchi par la FIFA et la CAF qui est problème, c’est plutôt la personne de l’ancien ministre des sports, Antoine Folly, actuel consultant de la FIFA auprès de KPMG et président de parti politique, qui serait trop aller de laisser lui seul s’occuper du football national. Pour d’autres encore : « le lourd passif de M. Antoine Folly dans l’affaire de match truqué à Bahrein qui lui a coûté la prison lui colle à la peau est ne lui est pas favorable dans sa nouvelle mission à lui confié par la FIFA », a expliqué un président de club.

 

Même si l’ancien président de la FTF, Gabriel Améyi, au cours d’une cérémonie a passé le témoin ce mardi 23 décembre à Antoine Folly, la personne cornaquée à la tête de ce comité de normalisation reste un nœud gordien pour le G 36. Comprenne qui pourra.

 

Sylvia

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement