pub
Politique

Marche de UNIR à Lomé : Le pari de la rue a été gagné

Advertisement

Ce vendredi 21 novembre 2014, comme convenu, les militants et sympathisants de UNIR, parti au pouvoir au Togo a tenu le pari de sa marche pacifique dans les rues de Lomé. Objectif, informer l’opinion nationale et internationale qu’à quatre mois des élections présidentielles de mars 2015, « il est difficile voire impossible d’opérer les réformes constitutionnelles et institutionnelles » avaient martelé certaines responsables du parti lors du point de presse annonçant la marche des 21 et 28 novembre. C’était une marée humaine qui a pris d’assaut les artères de Lomé arborant des T-shirts à l’effigie d’Unir qui s’est ébranlée de la Colombe de la Paix et l’hôtel Eda-Oba pour chuter à la plage Ibis Hôtel en face de l’ancienne présidence.

 

Le seul mot à la bouche au cours des différentes interventions à la plage est, pas de réformes avant les présidentielles de 2015. Pour le président de Nouvelle Jeunesse Pour le Soutien de Faure Gnassingbé (NJPF), Noel de Poukn : « nul n’a le monopole de la rue et surtout nous tenons à témoigner aux institutions de la République qu’elles sont protégées par la population majoritaire  », a-t-il précisé.

 

Son alter ego de CFU, Mme Raymonde Lawson de Souza Kayi, nous tenons à exprimer notre soutien au président de la République. Elle n’est pas allée par quatre chemins pour signifier leur entière adhésion à la politique de son excellence Faure Essozimna Gnassingbe. « Nous sommes sortis aujourd’hui massivement comme un seul homme pour dire un grand non, à ceux qui cherchent à déstabiliser notre jeune démocratie  », a-t-elle indiqué.

 

Parmi la foule hétéroclite se trouvent les membres de l’UFC, le directeur, Fréderic Lequezim de GER et plusieurs d’autres personnalités. Ils disent être sortis pour exprimer leur soutien au président de la République pour sa politique de paix. Pour l’un d’eux : « il s’agit pour nous qui ne sommes pas politicien de saluer la politique de développement entrepris dans tous les secteurs par le chef de l’Etat », a formulé le directeur de GER.

MARCHE_UNIR.jpg

 

 

Dans le fond, rappelons qu’un projet de loi introduit par le gouvernement avait été rejeté le 30 juin dernier par les députés du parti au pouvoir, qui détiennent la majorité parlementaire. L’opposition parlementaire quant à elle, s’attend, une fois la nouvelle disposition adoptée avec ‘’effet immédiat’’, ne plus voir l’actuel chef de l’Etat se représenter, au cas où il se désire, à la prochaine présidentielle de 2015. Ce qu’ont évité les députés du parti au pouvoir en rejetant en bloc tout le texte mis introduit auprès de l’Assemblée pour adoption.

 

Suivant la disposition juridique en cours, rien n’empêche Faure Gnassingbé à rempiler pour un nouveau mandat. Conformément à l’article 59 de la constitution : ‘’Le président de la République est élu au suffrage universel direct et secret pour un mandat de 5ans. Il est rééligible’’.

 

Ni les organisateurs, ni les médias ou encore les forces n’ont pu donner aucun chiffre des sympathisants sortis dans les rues en faveur d’Unir hier. Tout ce qu’on peut dire est que le pari d’une marche pacifique a été réussi. Et ils comptent remettre ça le vendredi 28 novembre prochain.

 

Sylvia

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement