pub
Politique

En mauvaise posture, Jean-Pierre Fabre cherche les réformes à la fois par voie de violence et de dialogue avec Faure Gnassingbé

Advertisement

Jean-Pierre Fabre a sollicité une rencontre avec Faure Gnassingbé et il l’a eue. Le président de l’ANC a en effet été reçu en audience ce samedi 22 novembre, par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé. Et à sa sortie d’audience, il a confié en termes clairs à la presse que la rencontre a porté sur trois grands sujets dont «  les réformes institutionnelles et électorales à effectuer avant la présidentielle de 2015. »

 

Alors même qu’en prenant la tête d’une manifestation à caractère radical et violent hier à Lomé, Jean-Pierre Fabre et la Cap 2015 dont il est le candidat, nourrissaient la lugubre intention de déstabiliser la vie sociale et politique en optant pour les casses et autres formes de violences dignes des années embryonnaires de l’ère démocratique au Togo.  Forcer le gouvernement et obtenir de lui, un bien aussi précieux que noble – les réformes politiques – tel était leur projet. Pourtant, c’est indéniable que dans tous les pays qui se respectent, des réformes de cette nature relèvent de la compétence du Parlement.

 

Et curieusement après le lamentable échec de son projet hier, toute honte bue, Jean-Pierre Fabre s’est présenté à l’audience prévue pour cette fin de matinée. S’il avait un peu de scrupule, il aurait renoncé à ce rendez-vous, sans réfléchir après son macabre plan échoué la veille. Mais, le ridicule faisant partie de sa seconde nature…bref.

 

Disons-le tout de suite, sans aucun détour.  Jean-Pierre Fabre est en très mauvaise passe politique, malgré l’honneur qu’un petit nombre de partis insignifiants, lui ont fait en le portant candidat à la prochaine présidentielle. En perte de repère, puisque déjà surpris par une échéance qui approche à grands pas, il se perd à travers personnalisation et politisation du débat sur les réformes. Une pure trahison des recommandations de la CVJR , en l’esprit comme en la lettre.

 

L’opposition togolaise est coutumière de grandes confusions à l’approche de toute échéance électorale, avec tout un mélange entre les propos et les pratiques. Et c’est une nouvelle page de confusions qui s’ouvre avec cet extrémisme affiché du Cap 2015 dans les propos, plutôt au lieu de solliciter les réformes par les voies dûment connues.

 

L’on peut se demander ce qu’espère en toute honnêteté Jean-Pierre Fabre de la rencontre de ce jour, entre lui et Faure, après avoir crié à hue et à dia que : « Pas de 3ème mandat pour Faure » ? Pourquoi a-t-il tenu tant a rencontré Faure après la triste mise en scène d’hier dans les rues de Lomé ? Dans quel but -caché peut-être à ses camarades du Cap ? Qui a trahi, trahira, dit l’adage. Faut-il rappeler le triste épisode de sa séparation avec l’ADDI du Prof Aimé Gogué ? Ayant du mal à s’imposer comme chef de file de l’opposition, chercherait-il à se légitimer avec de nombreuses rencontres avec Faure ? Va-t-il négocier sous la table un partage de pouvoir en sa faveur, en abandonnant sur les carreaux ses compères qui lui accordent encore un peu d’égard ?

 

Autant de questions qui ne sont pas dénuées de pertinence. Et comme un politicien instable, Jean-Pierre Fabre n’est pas digne de confiance pour bien de ses pairs qui le suivent encore, malgré eux.

 

 

Advertisement