pub
Education

Rencontre avec les élèves du Secondaire : Pour faire baisser la violence faite aux femmes on sensibilise

Advertisement

Une rencontre initiée par l’ONG Fawe-Togo en collaboration avec le ministère de l’Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation à l’endroit des filles de l’Enseignement Secondaire a été tenue le mercredi 15 octobre dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la jeune fille. Objectif, sensibiliser pour faire baisser les violences à l’endroit  des femmes en Afrique et dans le monde.

 

Au Togo, selon une étude du ministère de la promotion de la femme, la prévalence des violences basées sur le genre à l’encontre des filles dans les ménages de (9 à 18 ans) est de 62, 5%.  C’est ce que les acteurs de la société civile s’attèlent à changer en sensibilisant les premières concernées.

« Nous sommes venus aujourd’hui au lycée de Tokoin rencontrer l’un des groupes cibles de cette sensibilisation que sont les filles pour les informer sur les violences faites aux femmes et aux filles à travers cette conférence-débat afin qu’elles en prennent conscience et agissent pour éradiquer ce phénomène », a expliqué Koffi Gani, directeur de cabinet du ministre de l’action sociale.

 

Reconnaissant la pertinence de la lutte contre la violence faite aux femmes, le directeur de cabinet du ministère met la bataille sur la sensibilisation pour que les femmes aient confiance en elles-mêmes et puissent aller au bout de leurs études pour redonner à la nation ce qu’elle leur a donné. « Si nous voulons que ces filles continuent vraiment le cursus scolaire, il est normal que dans le cadre de cette journée, qu’on les sensibilise, on les encourage, et on leur donne les mécanismes et les outils nécessaires pour qu’elles ne tombent pas dans le cycle de la violence et arrêtent leurs études », a-t-il souhaité.

 

Nombre d’entre elles ont apprécié l’initiative et ont compris ce qu’est la violence faite aux femmes; seulement elles n’ont jamais eu l’opportunité d’en parler ou ne savent à qui en parler. Le gouvernement ayant mis à leur disposition la ligne verte (Allo 1011), ce ne sera plus difficile.

 

Mlle Dagban Belinda Diana Ablavi élève en 1ère A4 au Lycée de Tokoin I se prononçant sur l’une de ces violences notamment psychologiques : « La fille est de nature fragile à la maison tout comme à l’école, lui crier dessus ne l’aide nullement à se corriger quelle que soit l’erreur commise par cette dernière ».

Que ce soit les parents ou les professeurs tous sont tenus de veiller à la culture de l’excellence de la jeune fille.

 

La célébration connaîtra son apothéose le 23 octobre prochain au Palais des congrès de Lomé où les lauréats au concours lancé par le ministère en charge du secteur seront primés.

 

Sylvia

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement