pub
Culture

Culture/Stage de formation: Le groupe Woenyon tient à sa tradition

Advertisement

Du 15 au 31 Octobre 2014, une vingtaine de danseuses venue de la France, du Mali et du Burkina-Faso se forment au rythme des danses traditionnelles, contemporaines et afro contemporaines à la plage de Lomé ceci sous la houlette du chorégraphe-danseur, Désiré Ayigah, de la Compagnie Woenynon. Toucher du doigt les variétés des danses traditionnelles Togolaises pour enrichir celles Françaises et d’ailleurs voilà ce à quoi s’attèle Woenynon en invitant les danseuses en formation. Et pour la cinquième fois consécutive, la Compagnie ne jure que  pour la  danse, c’est la raison  de ce stage cette année encore.

 

Puiser l’essentiel des diversités traditionnelles du terroir  pour en créer une danse afro-contemporaine propre au Togo, les partager ensuite avec les autres nationalités. C’est l’objectif qui sous-tend cette rencontre annuelle.

Pour la vingtaine de stagiaires qui se sont déplacés vers Lomé, la plupart d’origines françaises auront 5 heures de séances de danses par jour subdivisées en deux. Trois heures de séances dans  la matinée et deux dans l’après-midi.

 

Marie-Claire, une stagiaire qui s’adonne à la danse depuis quatre ans, trouve en la danse togolaise beaucoup de richesses :’’Je retiens surtout les varietes des danses  traditionnelles togolaises avec beaucoup de sons par rapport a ce qu’on peut avoir en France. Aussi, ils sont toujours la quand on y arrive pas. C’est la qualité pour tout dire’’, a-t-elle expliqué.  

Pour Chantale-Dimien :’’C’est plutôt une passionnante expérience qu’on partage avec les danseuses d’autres nationalités notamment Togolaises et Maliennes. C’est forcément pas la même chose qui se fait ailleurs’’, a martelé une des responsables de la Compagnie Eben-bao basée en Europe.

 

Si la plupart des récipiendaires apprécient le stage de formation, même en étant percussionniste on en tire quelque chose :’’moi c’est le contact avec les Togolais qui est à apprécier. L’immersion avec les danses, la qualité des enseignements, la percussion’’, a conclu  Jean-Pierre.

 

Un spectacle servira d’apothéose à ce stage de formation au cours duquel les récipiendaires restitueront ce qu’elles ont appris au cours de ces quinze jours de formation.

 

Sylvia

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement