pub
International

Blaise Compaoré fragilisé refuse de partir

Advertisement

Les choses sont allées un peu plus vite au Burkina Faso hier. L’armée a pris le pouvoir en annonçant la formation d’un gouvernement de transition. Qui va diriger ce Gouvernement et cette transition ? La question demeure puisque la position du Président Compaoré demeure floue. Une chose est sure, il refuse de partir.

 

Bien que les manifestants positionnent déjà l’Ancien général à la retraite Kouamé Lougué pour diriger la transition, l’armée reste pour le moment muette sur le sujet.

Ce jeudi 30 octobre au matin, les députés burkinabè devaient examiner le projet de loi portant sur la révision de la Constitution permettant une nouvelle candidature du président Blaise Compaoré après 2015. Sous la pression populaire, le vote a été annulé. Les manifestants saccagent le siège de l’Assemblée nationale, de la télévision RTB et le siège du parti au pouvoir.

 

L’Union africaine se dit profondément préoccupée par cette situation. L’ONU envoie un émissaire au Burkina faso ce vendredi. La France qui appelle de son coté à plus de retenue avait au fait lâché Blaise Compaoré début Octobre. Dans une lettre adressée par François Hollande à Blaise Compaoré le 07 Octobre 2014, le Président Français lui proposait implicitement un poste de médiateur international dans les Instances internationales. Et François Hollande manifestait sa volonté contre une révision constitutionnelle non consensuelle.

 

Il faut rappeler que Blaise Compaoré est au pouvoir depuis 27 ans.

 

Aux dernière nouvelles, selon la radio Rfi, « A partir de ce jour, Blaise Compaoré n’est plus au pouvoir », a affirmé le lieutenant-colonel Zida, le représentant de l’armée burkinabè, sur la place de la Nation, provoquant une joie immense des dizaines de milliers de personnes rassemblées dans le centre de Ouagadougou peut-on lire sur le site de la radio.

 

Firmin Teko-Agbo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement