pub
Coopération

Une diplomatie offensive et active du chef de l’Etat Togolais, qui oeuvre en faveur d’un développement durable du Togo

Advertisement

Comme nous vous l’annoncions dans notre dernier papier sur le séjour du chef de l’Etat aux USA dans le cadre de la 69ème Assemblée générale des Nations-Unies, l’agenda riche du chef de l’Etat reflète la dynamique dans laquelle s’engage aujourd’hui le Togo, en phase avec la diplomatie offensive et active qu’est entrain d’opéré le président de la République Faure Essozimna Gnassingbé en faveur d’une coopération bien payante pour le Togo.

 

Déjà le lundi 22 septembre, le président de la République du Togo Faure Gnassingbé s’entretenait avec son homologue du Ghana John Dramani Mahama sur plusieurs sujets dont la question du virus Ebola qui sévit actuellement dans la région. Le dossier lié à la coopération entre les deux pays a été également abordé au cours de l’entretien.

FAURE_JOHN-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la même question de la fiève Ebola, le chef de l’Etat a échangé avec Nicolas Wescott, Directeur général pour l’Afrique du service d’action extérieure de l’Union Européenne. L’Afrique de l’Ouest vit l’un de ses plus pires fléaux de ce siècle avec le désastre causé en perte de vies humaines et qui s’élèven à 2630 morts, selon le dernier bilan de l’OMS.

 

Un autre entretien a eu lieu ce lundi entre le chef de l’Etat togolais et son homologue Namibien Hifikepunyé Lucas Pohamba. Le sujet de discussion est principalement axé sur la coopération entre les deux pays dans le domaine de protection des espèces sauvages. Les deux pays entendent renforcer leur coopération dans le domaine de la pêche, du tourisme et des mines. Piraterie maritime, insécurité, menace terroriste et lutte contre le virus Ebola sont les dossiers principaux évoqués lors de l’entretien. Le Président Namibien n’a pas manqué de saluer l’initiative du Togo à abriter le sommet sur la sécurité maritime qu’il se propose d’organiser en octobre 2015.

FAURE_UE.jpg

 

 

 

 

 

 

Mardi le 24 septembre et sur un autre registre, le Togo a procédé à l’établissement de relations diplomatiques avec la Lettonie et l’Estonie. La même démarche ayant été opérée la veille avec la Lutuanie. Toutes les trois (03) nations, des pays baltes membres de l’Union européenne, se sentent engagées à promouvoir respectivement et réciproquement avec le Togo la compréhension mutuelle et de consolider avec lui les relations amicales et la coopération.

C’est le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération du Togo qui a signé au nom du Togo les accords de relation diplomatique avec ses homologues des pays baltes.

 

 Toujours ce mardi, l’Union Européenne a signé avec cinq (05) pays africains dont le Togo un accord dans le domaine de l’énergie durable. Une annonce qui intervient le jour de la tenue du sommet mondial sur le climat. Améliorer l’accès aux sources d’énergies durables partout où le besoin se présente, tel est le principe de base de cet accord. Pour l’Union Européenne représentée lors de la signature de cet accord par José Manuel Barroso, et qui souhaite atteindre cet objectif au plan planétaire, prévoit d’accorder des subventions d’un montant total montant total de 3,3 milliards d’euro dont 2 consacrés aux pays africains ( Le Cap-Vert, la Côte d’Ivoire, le Libéria, le Rwanda et le Togo) sur la période financière 2014-2020 pour soutenir des projets en faveur de l’énergie durable partout dans le monde.

 

Une très bonne nouvelle pour le Togo qui grâce à cet accord, bénéficiera d’une assistance technique pour progresser rapidement vers la garantie d’accès aux énergies durables pour tous.

Quant à l’Union Européenne, il est dans ses objectifs, à travers cet accord, de promouvoir la mobilisation du secteur privé et la société civile dans le secteur de l’énergie dans le but d’informer et d’inciter le secteur privé et les institutions financières à investir dans l’énergie durable au Togo.

IMG_7532.jpg

 

 

Par ailleurs, et selon les termes dudit accord, l’UE fournira une assistance technique au Togo pour affiner ses politiques, promouoir et préparer des projets pertinents et assurer le transfert de connaissances techniques. L’objectif est également d’appuyer l’identification et la préparation de projets énergétiques qui pourraient être financés avec l’assistance de la communauté des bailleurs de fonds en vue d’augmenter l’accès des populations aux services énergétiques modernes.

 

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

Advertisement