pub
Economie

Journée de réflexion a l’ambassade USA de Lomé : Les Médias Togolais à l’épreuve de la lutte contre la corruption

Advertisement

Sur l’initiative de l’ambassade des Etats-Unis de Lomé, une trentaine de professionnels de la communication des médias publics que  privés, un représentant de la Commission des Lois de l’Assemblée Nationale, des experts des institutions gouvernementales, de la société civile, ont pris part à une journée de réflexion. Cette rencontre a pour thème : ‘’Contribution des médias à la lutte contre la corruption’’ et s’est déroulée dans la salle de conférence de l’ambassade des USA, jeudi 04 Septembre 2014.  

 

Le journalisme d’investigation n’est pas un type de journalisme nouveau et pourtant peu de Togolais ou personne n’ose s’aventurer sur ce terrain où il y a tellement de matières à dénoncer en termes de lutte contre la corruption. C’est justement en ce sens qu’a pris corps la journée de réflexion axée sur le thème :’’Contribution des médias a la lutte contre la corruption’’.

 

Les deux intervenants, l’ambassadeur des Etats-Unis, Robert Whitehead et Mme Germaine Kouméalo Anaté, la ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et de la Formation Civique ont insisté tous deux sur le rôle et la responsabilité d’un journaliste d’investigation pour instaurer un état de droit. Pour le premier, l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique, l’exemple du célèbre journaliste d’investigation américain, David Kaplan, grâce a son projet d’enquêtes journalistiques sur la criminalité organisée et la corruption, a permis a sept journalistes de démanteler un réseau de criminels, de fonctionnaires véreux et d’hommes d’affaires corrompus qui établissaient et protégeaient des paradis fiscaux, des réseaux de trafic d’armes et de drogue.

 

‘’ Ces sept journalistes en quête de justice, expose au vu de tous, les scandales financiers afin de contribuer a l’instauration d’une société plus égale et plus respectueuse de l’état de droit’’.

Pour la seconde, Mme Germaine Kouméalo Anate, aborder la problématique de la contribution des médias à la lutte contre la corruption, c’est poser indirectement le principe de l’usage des outils d’information comme gage de bonne gouvernance et de promotion des bonnes pratiques.

Pour madame la ministre, les médias, lorsqu’ils jouent pleinement et de manière professionnelle leur rôle, constituent a n’en point douter, des vigies pour le renforcement de la démocratie et la promotion des valeurs éthiques.

 

Cette journée permettra sans doute aux professionnels des médias de comprendre l’étendue de leur responsabilité dans la lutte contre la corruption. En ouvrant la cérémonie, la ministre de la Communication a exhorte les journalistes à s’appliquer en premier en ce qu’ils auraient appris afin d’être eux même irréprochables en donnant plus de force et de crédibilité à leurs actions de dénonciations de pratiques de corruption qu’ils auraient constate.

 

Quatre communications se sont succédés. Les deux premières ont porte sur ‘’Comment la corruption affecte-t-elle l’économie des pays? Les avantages de la lutte contre la corruption et ‘’Aperçu historique de la corruption. Situation actuelle au Togo. Les mécanismes officiels de lutte’’  ont  été  respectivement présentés par le Professeur Nadedjo Bigou-Lare, enseignant-chercheur en économie et gestion a l’Université de Lomé, ancien Doyen de la FASEG et Kossi Adjote, juriste, président du Comité Syndical de Lutte contre la Corruption et l’Enrichissement Illicite.

 

Pour le premier les appellations ‘’Gombo’’, ‘’Rachoua’’, ‘’enveloppe brune’’ désignent l’ampleur du phénomène selon les pays au vu de ces appellations; d’où la nécessité de le combattre. Pour le second, la corruption a pris sa source depuis les périodes précoloniales jusqu’à nos jours et s’est impose comme un mode de vie.

 

Pour montrer du doigt le danger de la corruption sur l’économie du pays ou ce phénomène sévit, un film synopsis sur la journaliste Veronica Guerin a été projeté. Celui-ci a permis de visionner la détermination, le courage d’une journaliste investigatrice qui a réussi à lever le voile sur les barons de la drogue qui s’arrachent le contrôle de Dublin sous le regard complaisant des autorités.

 

La série des  interventions a été close par la présentation des communications sur la ‘’Contribution du journalisme d’investigation ‘’ présentée par Daniel Lawson-Drackey, consultant media et ‘’Comment les medias peuvent-ils aider à contrer le phénomène?,  présenté par Carlos K. Ketohou, directeur de ‘’L’independant Express’’ et président de ‘’Journaliste pour les Droits de l’Homme’’ JDHO. Ces derniers ont présenté l’importance de la contribution du journaliste dans la lutte contre la corruption mettant ainsi fin a cette journée de réflexion a l’endroit des journalistes qui ne manqueront pas de s’investir pour contrer ce phénomène selon le désir des organisateurs.

 

Réné Soé

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement