pub
International

RD Congo : Divergence au sein de la majorité présidentielle pour la modifier la Constitution

Advertisement

Réunis le lundi dernier à Kingakati, les partis de la majorité présidentielle en République Démocratique du Congo ne sont pas tombés d’accord sur la question qui porte sur la nécessité ou non de modifier la Constitution du pays.

 

Cette modification a pour but de faire sauter le verrou qui empêche le Président congolais, Joseph Kabila, de se représenter une troisième fois à la magistrature suprême.

Au cours de la rencontre des partis formant la majorité présidentielle, il s’est dégagé deux groupes. Ils sont d’une part les pro-révisionnistes que sont le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), le Parti Lumumbiste Unifié (PALU), l’Alliance pour le Développement et la République (ADR) et d’autre part les antirévisionnistes représentés par le Mouvement Social pour le Renouveau (MSR).

 

N’ayant pas réussi à accorder leur violon sur la modification de l’article 220 de la Constitution, les pro-révisionnistes qui seraient vexés n’excluent pas de mettre à l’écart le MSR de la majorité présidentielle.

 

Le Président Kabila n’ayant pas fait connaître jusqu’ici son intention de se représenter, le MSR soutien pour sa part que le Chef de l’Etat n’a instruit personne pour modifier l’article 220 de la Constituions qui fait l’objet de polémique dans la classe politique. Sans que Kabila n’ait annoncé son intention, une curieuse indication fait savoir que l’actuel Président n’aura pas de dauphin en 2016.

 

Concernant le verrou mentionné, il se trouve que l’article 220 de la Constitution limite à deux les mandats du Président de la République.

Elu une première fois en 2006 et une deuxième fois 2011, le Président Joseph Kabila achève son mandat en 2016 et ne devrait pas se présenter à une nouvelle élection.

 

CA

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

 

 

 

Advertisement