pub
Politique

Des actions édifiantes en faveur de la jeunesse et de l’emploi des jeunes au Togo, un défi majeur du gouvernement et du chef de l’Etat

Advertisement

Le Togo dans ses différents plans stratégiques de développement, a mis en œuvre diverses politiques de croissance en faveur des secteurs clés de développement dont le secteur de la jeunesse. A travers le ministère en charge de la jeunesse et de l’emploi de jeunes, le gouvernement sous l’impulsion du cehf de l’Etat, ne cesse de multiplier des initiatives dans la droite ligne de la poursuite des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et de la Stratégie de Croissance Accélérée et de la Promotion de l’Emploi (SCAPE). Un défi majeur que le gouvernement est entrain de relever au regard des résultats majeurs obtenus en terme de bilan dressé sur ces dernières années. Un bilan positif qui honore les efforts du gouvernement togolais à travers le ministère de Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes en matière de l’emploi de la jeunesse. Une question très importante aux yeux de la population et à laquelle le chef de l’Etat accorde un intérêt particulier. 

IMG_FAURE.jpg

 

 

Selon les conclusions des documents d’étude diagnostique sur la situation de l’emploi des jeunes réalisée par le ministère du développement à la base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes en 2012, ‘’Les jeunes constituent la frange la plus touchée par le phénomène du chômage et du sous-emploi au Togo. Leur taux de chômage et de sous-emploi sont estimés respectivement à 8,1% en et 20,5% en 2011’’. Face à cette situation, le gouvernement s’est résolument engagé dans des actions majeures pour renverser la tendance, repondant ainsi aux objectifs de lutter contre le taux de chômage et dans une vision de stratégies contre la pauvreté au Togo.

 

En effet, depuis quelques années, suite à l’arrivée au pouvoir du président Faure Gnassingbé, des efforts importants ont été consentis prioritairement par le gouvernement togolais pour prendre à bras le corps le problème de l’emploi des jeunes, en lutte contre le phénomène de chômage. Ces efforts qui s’apprécient et s’aperçoivent dans la volonté politique exprimée dans la Déclaration de Politique Générale et aussi à travers la création et le plein fonctionnement d’un ministère spécialement chargé de l’emploi des jeunes, se traduisent par la mise en oeuvre de plusieurs programmes et projets en faveur des jeunes.

 

Les efforts du gouvernement sur la question ont été plus intenses durant les dernières quatre (04) années du second mandat du président de République avec l’attention particulière accordée à la promotion de l’entrepreneuriat et l’auto-emploi avec le Programme entrepreneuriat jeunesse du fonds d’insertion pour les jeunes qui de 2010 à 2013, qui a permis la formation en entrepreneuriat de 400 jeunes diplômés sans emplois de l’enseignement supérieur et plus de 121 micro-entreprises qui ont été financées pour un total de 260 emplois directs créés.

 

Il est aussi à retenir le renforcement de l’employabilité des jeunes avec le Programme de Promotion du Volontariat National (PROVONAT) qui, depuis son démarrage en 2011, a mobilisé et inséré à ce jour 4 280 jeunes diplômés dans la vie active ; la facilitation d’accès au financement (subventions et microcrédits).

FAEIJ_TOGO.jpg

 

 

 

Egalement dans le registre des actions idoines en faveur de l’entrepreneuriat, il est à noter la création du Fonds d’appui aux initiatives économiques des jeunes (FAIEJ), qui est rendu effectivement opérationnel à compter de janvier 2013. Ayant pour objectif de contribuer à lever les goulots d’étranglement de l’initiative privée des jeunes en facilitant leur accès au financement, le FAIEJ sert de garantie pour les crédits octroyés aux jeunes par les institutions financières pour la réalisation de leurs projets de création d’entreprise et d’auto emploi.

Pour le compte de l’année 2013, au moins 1200 jeunes diplômés sans emploi seront formés en techniques de création et de gestion de la micro-entreprise grâce au fonds d’appui aux initiatives économiques des jeunes (FAIEJ).

Pour cette année près d’un millier d’acteurs sont encore formés dont 400 jeunes inscrits dans la base de données du FAIEJ sont actuellement en formation et répartis sur toute l’étendue du territoire. Cette formation se déroule par cohorte du 04 août au 26 septembre 2014 à Lomé, Kpalimé, Atakpamé, Sokodé, Kara et Dapaong.

DOGBE_MINISTRE-2.jpg

 

 

 

Basé sur une stratégie globale d’intervention qui est celle du « faire-faire », le Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI) qui a pour concept « le micro crédit pour tous », est également une réponse pratique à la question de l’emploi de la jeunesse dans la mesure où ce fonds finance un grand nombre de jeunes et des projets portés par les jeunes. Créé pour régler la question de l’exclusion financière en assurant l’accès à des services financiers de base pérennes et viables, qu’il s’agisse de petite épargne, de microcrédit ou micro assurance à des populations vulnérables, le FNFI contribue dans une large mesure aux problèmes liés à l’emploi des jeunes et au chômage.

 

Il est à retenir également le développement de l’emploi rural et des emplois directs à travers l’amélioration du cadre institutionnel et de pilotage du secteur de l’emploi des jeunes. Sujet sur le quel nous reviendrons dans un prochain dossier sur la question de la jeunesse et de la promotion de l’emploi au Togo, sous l’impulsion du chef de l’Etat.

 

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée


FNFI-2.jpg

 

Advertisement