pub
Société

Concept Nappy et amis 228: Quand les filles prennent conscience de l’importance des cheveux naturels

Advertisement

Partager, échanger sur l’importance des cheveux naturels, ses avantages sur la santé, en vue de son extension. Voilà les raisons qui sous-tendent la mise sur pied du concept ‘’Nappy  228’’ dont là première rencontre a eu lieu tenue ce dimanche 17 août dans un restaurant de la capitale.

 

Le concept Nappy, c’est encore quelle association naissante  à  l’aune des joutes présidentielles de 2015 vous devriez vous demander.  Détrompez-vous, ce concept  n’en a rien à voir. Ce sont les  jeunes filles togolaises qui font un retour à la source, a leur identité culturelle africaine, aux cheveux naturellement crépus. Loin d’être une révolution, les filles décident d’adopter le naturel et en être  joyeux d’où le concept ‘’Natural and happy’’ Nappy.

 

L’idée est née sur la toile, les réseaux sociaux d’un constat selon lequel, les cheveux naturels crépus résistent  plus  aux antibiotiques contrairement à ceux défrisés, qui se cassent ou chutent lamentablement à la moindre présence d’antibiotique dans l’organisme de l’intéressé.

Pis, certaines filles dont les cheveux sont moins résistants  courent le risque à force de défriser  devenir chauves : ‘’je me sens à l’aise dans ma peau en ayant les cheveux naturels, on ne force personne d’ailleurs. C’est aussi bien beau d’avoir les cheveux défrisés, soyeux mais c’est mieux de préférer la texture de mes cheveux plus solides que ceux défrisé’’, a indiquée Yasmine l’une des initiatrices de cette rencontre.  

 

Elles étaient une centaine environ, des fonctionnaires, des coiffeuses, des tresseuses, à se retrouver pour la première fois autour d’un idéal, garder et prendre soins de leur cheveux crépu. Elles ne jurent que par le naturel et en sont fières : ‘’Il a fallu qu’on m’administre des antibiotiques pour que je découvre  la limite des cheveux défrisés. J’avais presque des touffes à la place des cheveux quand je suis descendu de l’hôpital après y avoir passé deux mois pour des soins. Je ne vous dis pas, j’ai délibérément choisi de retrouver mes cheveux  Nappy’’, aime a dire Laysha Lee.

 

Les initiatrices du concept  Nappy ne comptent pas s’arrêter sur cette première rencontre :’’ elles projettent de continuer par sensibiliser pourquoi pas avoir des Nappy de Lomé ou du Togo’’, a  en outre émis Yasmine.

 

Soé Réné

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

Advertisement