pub
Société

Les membres de la STT étaient vendredi dernier en assemblée générale à Lomé

Advertisement

Il a été question de faire le point de la rencontre de lundi dernier avec le premier ministre. A l’issue de la rencontre, la base a exprimé son désaccord à la grille proposée par le gouvernement et indique le principe de grève sera maintenu si rien n’est fait pour redresser la grille salariale. Au cours de cette Assemblée, la Coordination de la STT et sa base ont exprimé leur désaccord par rapport à la grille proposée par le gouvernement.

 

A en croire, les responsables de la STT, le gouvernement s’apprête à imposer une grille salariale qui ne corrige pas les injustices. Du côté du gouvernement togolais, la logique ne semble pas être la même et pour la STT, l’injustice ne saurait être perdurée pendant que les travailleurs continuent de végéter dans la misère. Ainsi au cours de l’Assemblée générale de vendredi, les travailleurs membres de la STT ont manifesté leur désir de rentrer en grève pour faire fléchir le gouvernement à accepter le principe d’une grille salariale redressée sur les SMIG.

 

« Les travailleurs togolais se déterminent à rentrer en grève et le principe de grève est acquis. Cependant, il y a une série d’actions à mener. Un courrier sera envoyé au cours de cette semaine au gouvernement pour lui signifier notre désaccord par rapport à la grille qui est proposée et qui sera adoptée en l’état à ce que nous voyons. Nous expliquerons prochainement les éléments qui font que nous n’adhérons pas à cette grille. », a déclaré Docteur Gilbert Tsolényanou, le porte-parole de la STT.

 

Mais pour rentrer en grève, la STT va envoyer un courrier au gouvernement pour lui faire part de son refus de la grille qu’il propose. A la suite, une conférence de presse sera tenue pour expliquer les raisons de ce refus, une tournée nationale de mobilisation des travailleurs togolais sera organisée.

 

Pour ce faire, la Coordination de la STT appelle les travailleurs à se mobiliser financièrement. « L’argent est le nerf de la guerre et nous avons donc besoin de la contribution financière de tous les travailleurs togolais pour que nos actions puissent porter des fruits, et que le gouvernement nous accordent tout ce que nous revendiquons », a précisé Dr Tsolényanou. La STT exige l’ouverture rapide d’une table de négociation comme l’exige l’accord d’étape d’Octobre 2013 signé avec le gouvernement pour parler des autres points de sa plateforme.

 

En effet, la Synergie exige, outre l’adoption d’une grille salariale redressée sur les SMIG, l’augmentation de la valeur indiciaire, la prime de transport, l’allocation familiale et surtout les 32 décrets d’application pour rendre effectif le nouveau statut général de la fonction publique. La STT dit se réserver le droit de rentrer à tout moment en grève si le gouvernement ne consent pas à redresser la grille salariale sur les SMIG.

 

Max Dally

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

Advertisement