pub
Economie

Le secteur informel a un interlocuteur crédible

Advertisement

Le mardi 1er juillet 2014 restera une date importante dans la politique de formalisation du secteur informel. L’agence Golfe Lomé-Commune de la Délégation à l’organisation du secteur informel (DOSI) est désormais ouverte.

 

Le secteur informel a désormais un interlocuteur valable, la DOSI. Qui, à la différence des autres structures, souligne Justin Bitoka, chef des programmes communautaires à la DOSI, « est une institution rattachée à la Présidence de la République compte tenu de son caractère transversal lui permettant de travail en partenariat avec plusieurs ministres tels que ceux en charge de l’agriculture, de l’artisanat, du commerce, des transports, de l’emploi, des arts et de la culture, du développement à la base du secteur privé etc. » A en croire Justin Bitoka, la DOSI a pour « objectif de dynamiser, d’organiser, de structurer de manière à lui permettre de créer des emplois et de réduire la pauvreté tout en lui insufflant une dynamique de leadership dans le processus de relance de l’économie nationale ». Et les groupes cibles sont les petits métiers ou activités de subsistance, les micro-entreprises de type traditionnel et les micro-entreprises regroupant les services.

DOSI_LOME.jpg

 

 

 

Le secteur informel, c’est, a souligné Madame Ingrid Awadé, directrice générale de la DOSI, « environ 8O% de la population active, contribue à près de 40% du Produit intérieur brut et constitue un régulateur tant économique que social  ». C’est pourquoi la DOSI a été créée en 2008 pour « valoriser les atouts et opportunités de l’informel et restructurer ce secteur pour en faire un véritable outil de développement économique et social inclusif  », a-t-elle ajouté. Elle n’a pas passé sous silence les handicapes qui freinent le passage de l’informel au formel.

 

La création de la DOSI avec l’ouverture de sa première agence à Lomé-commune s’inscrit dans la logique de la Stratégie de croissance accélérée et de la promotion de l’emploi (SCAPE) et vise, a rappelé Ingrid Awadé, « d’une part fournir sur place des documents d’identification et d’autre part organiser en une plateforme décentralisée la gestion des formalités administratives  ».

 

Le lancement des agences de la DOSI, a souligné aussi la ministre du Commerce et du Secteur privé, Bernadette Legzim-Balouki, fait partie des « actions quotidiennes qui visent l’inclusion économique et sociale des populations vulnérables des villes et du monde rural, pour en faire un véritable centre d’impulsion de la croissance ».

DOSI_TOGO-2.jpg

 

 

A part Lomé-commune, la DOSI ouvrira ses portes, a-t-elle informé, « dans chacune des régions économiques du pays pour rapprocher ses services es populations cibles et favoriser ainsi la dynamisation et l’éclosion des activités génératrices de revenu ».

 

Ametbao

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

Advertisement