pub
Société

Un film documentaire pour plaider une meilleure prise en charge des femmes en milieu hospitalier

Advertisement

Selon une étude initiale d’indicateurs sur les violences faites aux femmes et la mortalité maternelle au Togo commanditée par ONU FEMMES, il ressort que ces dernières sont et continuent d’être victimes de toutes les formes de violences en tout lieu y compris le milieu hospitalier. Consciente de cette situation, l’ONG la Colombe qui s’est assignée comme objectif de lutter pour la prévention des violences faites aux femmes et aux filles, a produit un film documentaire axé sur le thème: « les violences faites aux femmes en milieu hospitalier : un défi à relever ».Ce film a été validé ce mardi à Lomé.

 

La production de ce film documentaire, à en croire Mme Thérèse Akakpo, coordinatrice de l’ONG la Colombe, lance le débat sur les actes de violences que les femmes vivent au jour le jour dans les milieux hospitaliers. « C’est un déclic pour qu’on en parle et trouver des solutions à ce problème auquel les femmes font face dans les maternités. Ce film documentaire est donc un outil de sensibilisation pour améliorer la prise en charge des femmes dans les milieux hospitaliers », a-t-elle dit. Selon elle, c’est un film qui a trois parties à savoir : « le contexte, les témoignages des personnes qui ont été victimes ou affectées et les mesures correctives » c’est-à-dire ce qu’il faut faire pour atténuer le problème.

 

Il y a eu beaucoup de débats autour du film avec des questions, contributions et suggestions des uns et des autres qui ont demandé que certaines parties soient revues surtout au niveau du contexte et puis associer beaucoup plus l’association des sages-femmes qui fait déjà un travail remarquable sur le terrain. « Le film documentaire a donc été validé sous réserve. Les participants vont envoyer leurs observations parce que nous demandé les mesures que es gens pensent apporter pour atténuer le problème puisque pour nous c’est la santé de la santé qui est le nœud même du problème. Nous voulons qu’on occulte plus ce fait, mais qu’on parle pour les professionnels revoient leur accueils dans les milieux hospitaliers », a indiqué Mme Akakpo.

 

Max Dally

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement