pub
International

Soudan : Les autorités démentent la libération en vue de la chrétienne condamnée

Advertisement

La chrétienne soudanaise, Meriam Yehya Ibrahim Ishag, condamnée à mort pour apostasie ne sera pas libérée « dans les prochains jours selon les procédures légales … » comme l’a laissé entendre le samedi dernier un officiel du ministère des Affaires Etrangères.

 
Par cette volteface, les autorités soudanaises par la voix du ministère des Affaires Etrangères ont démenti hier dimanche dans un communiqué l’imminence de la libération de la jeune dame condamnée sur la base de la charia, la loi islamique.

En apportant ce démenti, la diplomatie soudanaise a mis au point que « certains médias ont sorti de son contexte » ce qu’Abdallah Al-Azraq, un responsable du ministère des Affaires Etrangères, a affirmé au sujet de la dame en « changeant le sens de ce qu’il a dit ».

 

En clair le gouvernement ne veut pas s’immiscer dans les affaires de la justice car elle est une institution indépendante. Pour espérer une libération de la condamnée, le ministère des Affaires Etrangères a estimé que cette éventualité dépendait du fait qu’une cour accepte un appel déposé par ses avocats.

 

Accusée d’avoir renié sa foi originale au profit de la chrétienté, la jeune dame qui est née d’un père musulman et élevée par sa mère (une chrétienne orthodoxe) soutient toujours que « Je suis chrétienne et je n’ai jamais fait acte d’apostasie».

 

Rappelons que Meriam Yahia Ibrahim Ishag a été condamnée à mort le 15 mai 2014 en vertu de la charia en vigueur au Soudan. La dame de 27 ans a depuis lors donnée naissance à une petite fille dans la prison ou elle est détenue.

 

CA

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

Advertisement