pub
Santé

Les médecins et assistants médicaux en formation sur la prise en charge de l’enfant dans le contexte du VIH

Advertisement

Les médecins et assistants médicaux venus des différentes régions du pays ont démarré ce mardi à Lomé une formation sur la prise en charge de l’enfant dans le contexte du VIH.

 

Les travaux de cette formation qui dure quatre jours ont été ouverts par le secrétaire général du ministère de la santé M. Napo Koura. Selon lui, le thème de cette formation revêt une importance capitale. « Les résultats de la lutte contre cette épidémie sont globalement satisfaisants. Le gouvernement remercie ses partenaires qui ne ménagent aucun effort pour l’accompagner dans cette lutte. Ainsi, s’engage-t-il à œuvrer pour que jusqu’ à 2020 aucun enfant ne naît plus séropositif », a-t-il laissé entendre.

 

Pour le représentant résident de l’UNICEF au Togo, Mme Viviane Van Steirteghem, ce séminaire de formation offre une nouvelle occasion pour réfléchir sur les réponses apportées à la problématique du VIH pédiatrique au Togo. « La proportion d’enfants nés de mères séroptives bénéficiant du diagnostic du VIH dans les deux premiers mois est stationnaire à 14% depuis trois ans. Le diagnostic précoce est une étape clé dans l’accès au traitement pour l’enfant. Le nombre d’enfants sous traitement antirétroviral est passé de 1357 en 2010 à 2377 enfants en 2013. Néanmoins ces 2377 ne représentent que 11% des enfants vivant le VIH qui devraient recevoir de traitement. Nous sommes donc appelés à redoubler d’efforts pour assurer une santé aux enfants vivant avec le VIH au Togo », a-t-elle dit.

 

Elle a estimé que d’autres défis restent à relever et ceci à travers la mise en œuvre des srtatégies appropriées. « Parmi celles-ci, je voudrais citer, le renforcement du dépistage du VIH chez les enfants dans les formations sanitaires et au niveau communautaire, l’amélioration de la gestion de la chaîne d’approvisionnement en intrant à tous les niveaux de la pyramide sanitaire, l’allègement des procédures administratives de mis sous traitement des patients, en l’occurrence les procédures au niveau des comités thérapeutiques et une coordination renforcée aussi bien au niveau national qu’au niveau décentralisé », a précisé M. Steirteghem. Selon Mme Lucile Imboua, représentant de l’OMS au Togo, les participants seront outillés sur une meilleure gestion de leurs activités en matière de prise en charge des enfants nés de mères VIH+ en salle d’accouchement, de traitement de l’enfant infecté par le VIH, pour diagnostiquer, prévenir et traiter les principales infections opportunistes, dont la tuberculose. « Il est attendu que des participants mette en pratique les connaissances acquises. Le succès de cette formation se traduira par l’amélioration de la qualité de la prise en charge des enfants nés de mères VIH+ », a-t-elle ajouté.

 

Pour rappel, la présente formation est organisée par le Programme National de lutte contre le SIDA (PNLS) et l’Organisation Panafricaine de Lutte pour la Santé (OPALS) en partenartiat avec l’UNICEF. Etaient également présents à la cérémonie d’ouverture des travaux, le représentant de l’ONUSIDA, Tamsir Tall et celui de l’OPALS M. Dénis.

 

Max Dally

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement