pub
Santé

Les acteurs de la santé en conclave pour clarifier la notion du médicament essentiel et générique

Advertisement

sante-conclave

Les acteurs du système sanitaire se sont retrouvés ce vendredi à Lomé autour d’un forum sur les médicaments essentiels et génériques. Cette rencontre, selon Mme Assih Mamessilé, directrice de la Centrale d’Achat des Médicaments Essentiels et Générique(CAMEG), permettra de clarifier les notions sur les médicaments génériques et de discuter sur les inquiétudes et les incompréhensions qu’il y a sur les médicaments génériques.

« Aujourd’hui le malade avant d’être directement en contact avec le médicament, il l’est d’abord avec son médecin ou son prescripteur. C’est le prescripteur qui fait le lien entre le médicament, le patient et celui vend le médicament. Donc il faut aussi que le prescripteur soit outillé sur la notion de médicament parce que nous ne communiquons pas suffisamment assez sur la notion du générique de sorte que ce soit clair dans la tête des gens que le médicament générique ne signifie pas celui de la rue ou de deuxième classe, qui contiendrait moins de principes actifs pour soigner le patient », a-t-elle précisé.

«  En dehors de cette notion de qualité de médicament générique qui va revenir au cours de ce forum, il y aura également la question d’approvisionnement et là la centrale d’achat des médicaments essentiels et génériques est au centre de cette problématique de rendre disponibles des médicaments pour que quand les prescripteurs le prescrivent les puissent les trouver pour se soigner  », a ajouté Mme Assih Mamessilé.

Mme Assih a par ailleurs donné une définition globale du médicament générique et celui de la rue. « Le médicament générique est une copie d’un original, c’est-à-dire il y a 30 ans ou 50 ans quelqu’un a fabriqué pour la première fois un médicament et il a mis un brevet dessus. Après 30 ans le brevet est tombé dans le public donc tous les autres qui ont les moyens de fabriquer une copie en respectant les conditions de qualité, d’innocuité et d’efficacité peuvent faire des copies et cela donne l’avantage avec la concurrence d’être moins que l’original de départ. Alors que le médicament de la rue est un médicament illicite qui échappe à tout contrôle de qualité et efficacité », a-t-elle dit.

Pour Bernadin Nyansa, directeur des pharmacies, laboratoire et équipements techniques, ce forum débouchera sur des recommandations pour rassurer les utilisateurs de ces médicaments essentiels et génériques parce qu’il se pose des problèmes auxquels la population n’a pas toujours les bonnes réponses. Ont pris part à cette rencontre, des acteurs de santé notamment les directeurs régionaux de la santé, les médecins-chefs de districts, des prescripteurs, l’ordre des pharmaciens.

 

Max Dally

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement