pub
Sport

La particularité de la Coupe du Monde 2014: Le départ de certains grands pays de football de la compétition

Advertisement

L’Uruguay a battu l’Italie (0-1) sur un but tardif de Godin, mardi lors de la 3e journée du Groupe D, et se qualifie pour les 8es de finale ! Alors qu’elle n’avait besoin que du point du nul, la Squadra Azzurra réduite à dix à l’heure de jeu est éliminée tout comme la Roja de l’Espagne, l’Angleterre avant elle. Quant à la dernière journée de matchs de poule du groupe G où sont logés les Blacks Stars sortis de la compétition, elle est soldée par l’élimination du Portugal qui malgré sa victoire sur le Ghana, n’est pas qualifié pour les huitièmes de finale. Le débâcle de ces grandes nations de football européen a marqué essentiellement la fin des matchs de poule de cette 20ème édition.

 

Dans le Groupe D qualifié de groupe ”difficile” comprenant trois nations déjà sacrées championnes du monde, personne n’attendait le Costa Rica, encore moins à la première place. Et pourtant… En battant l’Uruguay puis l’Italie lors des deux premières journées, les Costariciens ont obligé ces deux dernières à se battre pour la deuxième place ce mardi à Natal.

Au terme d’un match fermé, la Celeste est sortie vainqueur (0-1) avec un but dans les dernières minutes après avoir été en supériorité numérique durant la dernière demi-heure. Un résultat somme toute logique après s’être procuré toute les meilleures occasions. Cruelle désillusion pour la Squadra Azzurra qui avait pourtant montré de belles dispositions lors de son premier match face à l’Angleterre (2-1) mais qui a finalement concédé deux défaites par la suite et sort par la petite porte, comme en 2010 !

 

Une défaite qui contraint l’entraîneur Cesare Prandelli a démissionné après remis en cause l’arbitrage. « Le projet technique est de ma responsabilité et j’ai annoncé à la Fédération que je remettais ma démission, car quand un projet technique faillit, il faut prendre ses responsabilités », a-t-il justifié. « On n’a pas eu une seule occasion, probablement parce qu’on est techniquement limité ou pas bien structuré. C’est ma responsabilité, le projet technique n’a pas fonctionné et j’en assume donc toute la responsabilité », a-t-il reconnu.

 

Quant au Groupe G, les deux équipes qui ont eu le malheur de perdre leur premier match ne se sont plus jamais rattrapées par la suite. Le Ghana et le Portugal en ont eu pour leur compte pour avoir raté leur entrée dans la compétition. Battus à 2 buts à 1 et à 4 buts à 0 respectivement contre les USA et l’Allemagne, le Ghana et le Portugal se contenteront chacun de son coté d’un unique point au terme de la seconde journée avant d’entamer leur dernier match moins fructueux pour les Blacks Stars qui rentreront à la maison qu’avec un (01 ) seul point. Quant au Portugal, malgré sa victoire de la dernière journée, il a pu totaliser les 4 points qui lui permettent d’être en égalité avec les Etats-Unis, mais n’aura pas l’avantage de différence de buts.

 

La Russie qui certes ne jouit pas d’une page de football trop glorieuse, mais qui demeure une nation de ballon rond avec laquelle il faut compter, n’a pas non plus assumer le rôle d’outsider qu’on lui conférait avant la compétition. Elle n’a pas pu tenir face à une Algérie très engagée et déterminée à passer pour la première fois pour la 1/8 de finale d’une coupe du monde. Et les Fennecs ont assumer le service minimum de match nul pour s’envoler pour la 1/8ème de finale.

 

 

L’Italie, L’Espagne, l’Angleterre, le Portugal, sont sortis prématurément de cette 20ème édition de la Coupe du Monde, déjouant tout pronostic et au grand dam des pays latino-américains qui sont au nombre de 7 à accéder à la 1/8ème de finale.

 

Pour la première fois, l’Afrique est présente à cette phase de la compétition avec deux de ses pays participants. Décidément, la 20ème édition de la Coupe du Monde qui se déroule au Brésil révèle des particularités bien importantes pour confirmer le renversement d’une nouvelle tendance par rapport aux pays jadis qualifiés de favoris en matière de ballon rond.

Comme quoi tout pays qualifié à une phase finale d’une compétition est un favori potentiel à prendre au sérieux avant le démarrage des hostilités. Ceux qui ne l’auront pas encore sérieusement compris sont entrain de payer cash à leur dépens.

A bon entendeur salut!

 

Papier rédigé par Ametbao et Vicarmelo TIEM

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

Advertisement