pub
Sport

Côte d’Ivoire-Grèce: Les Ivoiriens ont leur destin dans leurs pieds

Advertisement

Ce mardi, la Côte d’Ivoire a rendez-vous devant l’histoire. L’enjeu est de taille pour Didier Drogba et  ses coéquipiers  qu’ils  peuvent entrer dans l’histoire du football africain en devenant la première sélection ivoirienne à se qualifier pour les huitièmes de finale d’une Coupe du monde. Pour y  parvenir, les « Eléphants » doivent impérativement battre une rugueuse équipe de Grèce, ce 24 juin  2014 à Fortaleza.

 

Les Ivoiriens ont leur destin en main d’autant plus qu’ils affrontent une équipe grecque qui n’a qu’1  point en deux sorties.  Une victoire les enverrait au second tour. En effet, avec 3 points au compteur, un match nul pourrait également faire l’affaire des Ouest-Africains, si le Japon (1 point) ne bat pas la Colombie (6 points), dans l’autre rencontre du groupe C. Mais Wilfried Bony ne préfère pas miser sur ce scénario. « Ce sera un match difficile, ce sera une finale, lance l’attaquant. Le plus important est de jouer de telle sorte que nous puissions gagner à la fin ». Le milieu de terrain Geoffroy Serey Dié prévient : « Il faut aborder ce match avec beaucoup de sérénité. Il faut respecter les Grecs mais jouer notre jeu. » Boubacar Barry Copa, le portier ivoirien, ajoute : « Le coach (Sabri Lamouchi) nous dit depuis le début qu’on a les clés en main. Ce dernier match prouve que tout ce que le coach avait dit est vrai. »

 

Sur le papier tout s’annonce faisable pour Yaya Touré mais face à une équipe très compacte, Sabri Lamouchi,  s’attend à une opposition farouche, pour ce premier Côte d’Ivoire-Grèce de l’histoire. «On sait que ce sera très difficile face à une équipe grecque qui perd très rarement deux matches d’affilée, lâche-t-il en conférence de presse, ce 23 juin. Il va être très important pour nous de bien rentrer dans ce match, d’être patients, de ne pas faire d’erreurs comme on a pu en commettre contre la Colombie. On s’attend à tout sauf à une partie facile, demain ». Et le portier Barry de préciser: « On sait que c’est une équipe très compacte, très défensive et qui joue surtout les contres », précise Copa Barry. « Il ne faut pas se disperser, rester bien concentrés et garder cet état d’esprit qu’on a eu face au Japon et à la Colombie. On voit que toute l’équipe est en train de monter en puissance. »

 

Une chose est sûre, les Ivoiriens ont les atouts nécessaires, il suffit qu’ils se concentrent au maximum et mettent au fond des filets les occasions qu’ils vont se créer.

 

Ametbao

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

 

 

Advertisement