pub
Société

Akissi Delta ou l’histoire d’une héroïne victime du succès story du téléfilm ”Ma famille”

Advertisement

Akissi Delta, ce nom d’actrice est bien associé à l’expression ‘’ma famille’’, la non moins célèbre série ivoirienne qui a fait belle impression sur presque toutes les chaînes francophones en Afrique. Et c’est à raison. L’héroïne du téléfilm, la femme douce et consentante de Bohiri est non seulement la réalisatrice, mais aussi la productrice de la série télévisée qui a été remarquablement appréciée au delà des frontières ivoiriennes par son franc succès.

 

Depuis ce succès story, Delta Akissi de son vrai nom Akissi Loukou Delphine ne cesse de faire l’objet d’attaques, de calomnies et d’accusations de toutes sortes qui la diabolisent comme étant à l’origine de série de décès enregistrés au sein de ‘’ Ma famille ’’. Après Rosine Zouzouo dite Marie-Laure, une autre comédienne de ce téléfilm à succès, au nom de Brigitte Athiahi, l’irascible seconde épouse villageoise qu’Angéline Nadié, mère de Michel Bohiri, voulait donner en mariage à son fils, va décéder d’un cancer du sein. La suite sera non moins bouleversante. Djangoné Elvis, plus populaire sous le nom Abbas, Tatiana de Mackensira, Carine Tazouhin la sœur de Decotey dans la série, Louise Babet, la fille de Gohou, Tantie Fatou, la mère de Digbeu et Bienvenue, Josiane Yapo, une des maîtresses de Bohiri, vont connaitre un sort funeste.

 

Le sort moins fatal sera réservé à quelques autres acteurs de « Ma Famille ». Ce sont Oupoh, le neveu de Bohiri atteint d’un neuro-palu fraisant la folie, Clémentine Papouet, épouse de Gohou souffrant d’un cancer du colon. Amoin, épouse de Kouadio, se bat contre un glaucome la rendant aveugle.

Des versions peu favorables à sa personne seront tenues à l’endroit de la réalisatrice et productrice Akissi Delta. Une accusation fortuite ? Une œuvre de méchanceté pour noyer celle qui, malgré qu’elle n’a jamais mis pieds à l’école, a du succès insoupçonné à la porte ? Ce qui est sûr c’est que Akissi Delta a réussi là où beaucoup ont déjà échoué en dépit de leurs atouts et aptitudes de rêve.

 

Pour une jeune fille dont on ne vendait pas chère sa peau, seule la volonté pouvait lui permettre de réaliser ses rêves. Née en 1960 à Dimbokro (centre de la Côte d’Ivoire), l’actrice ivoirienne a côtoyé le milieu du show très tôt.

Elle n’a jamais voulu considérer son alphabétisme comme un handicap à son ascension. Elle en fait d’ailleurs un défi. « Ma tante m’a appris à parler français et surtout la politesse. Les gens se servent sciemment du fait que je ne sois pas allée à l’école pour me faire croire que je ne comprends rien à rien. Alors que ce n’est pas le cas. Je me sens donc incomprise et ce n’est pas agréable surtout que je me sais capable de choses que certains munis de tous leurs diplômes ne sauraient faire », avoue-t-elle.

 

Danseuse dans un premier temps (en 1976), elle a posé pour plusieurs magazines avant de se lancer dans le cinéma. Elle a joué dans plusieurs films dont « Afrique, mon Afrique » en 1994, « Rue Princesse » en 1993 ou encore « Joli cœur 1992 ». Son succès, elle le doit à son passage à la télévision nationale ivoirienne où elle a appris les rouages du métier. Delta a également profité de ce canal pour écrire les scénarios de son premier film « les secrets d’Akissi » qui raconte sa vie. Les acteurs de son second film « Ma famille » ont aussi été dénichés à la télévision.

 

Delta_Akissi_FILM.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les réalités du tournage de la série

La série télévisée « Ma Famille » contrairement à ce que pouvaient imaginer plusieurs téléspectateurs n’a bénéficié d’aucun appui financier. Selon Delta productrice du film, les premiers numéros de la série ont été tournés grâce à un prêt d’1 million de F CFA octroyé par une dame burkinabè. Les premières ventes du film ont servi a remboursé les dettes et à financer les numéros suivants. Elle ne manque de rendre toute la gratitude qu’il faut à certaines structures ivoiriennes qui n’ont ménagé aucun effort pour les accompagner dans ce projet. La RTI, le Ministère de la Culture et de la Francophonie de la Côte d’Ivoire et bien d’autres bonnes volontés sont à honorer de leur confiance placée aux initiateurs. En dehors ces soutiens, aucun appui financier digne de ce nom n’a été mis à disposition.

 

Bientôt ’’Ma Famille’’ dans ses nouvelles versions panafricaines

Delta a reconnu que la presse a joué un mauvais rôle dans la crise qui a secoué son équipe mais que le calme est revenu dans « la famille ». Comme innovation de cette nouvelle production, la délocalisation des lieux de tournage. Un bon nombre de pays de la sous région ouest africaine comme le Bénin, le Togo, le Burkina Faso, le Sénégal… accueilleront respectivement avec des acteurs locaux le tournage des différentes et prochaines saisons de la série. Delta Akissi compte ainsi remercier à sa manière, ces nombreuses chaines de télévisions africaines qui diffusent et rediffusent son film.

Suivez la réaction et écoutez les vérités de Akissi Delta à travers l’élément visuel ci-contre en cliquant sur le lien suivant :

http://www.youtube.com/watch?v=4YOb…

 

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

MAFAMILLE.jpg

Advertisement