pub
Société

TOGO : Mieux maîtriser les effectifs et la masse salariale dans l’administration togolaise

Advertisement

Les agents des ministères de la Fonction Publique et des Finances ont échangé ce mercredi à Lomé sur les actions à mener pour faciliter l’accomplissement de la mission destinée au contrôle des effectifs et de la masse salariale. L’objectif de la rencontre est d’en appeler à la contribution de tous les agents impliqués pour l’accomplissement de la mission de la cellule de contrôle des effectifs et de la masse salariale.

 

« La mission dévolue à la cellule est la maîtrise des effectifs et la masse salariale. La fonction publique gère les effectifs et la masse salariale, le ministère de l’économie et des finances. C’est pourquoi, nous avons pensé que les techniciens des deux ministères pourraient appuyés la cellule dans l’accomplissement de sa mission. S’ils font mal le travail, la maîtrise des effectifs ne sera pas réelle de même la masse salariale », a précisé M. Essotom K. Pariki, président de la cellule de contrôle des effectifs et de la masse salariale. Pour lui, le but de cette rencontre est de demander à chacun de ces différents techniciens de bien faire leur travail.

PARIKI_SALARIAL-3.jpg

 

 

« A titre d’exemple, si un agent reçoit un dossier d’intégration et le traîne chez lui, lorsqu’il l’aura finalement traité c’est que peut-être ça va alouRdir la masse salariale parce qu’il y aura peut être à la fin des rappels, ce qui n’était pas prévu au budget puisque le budget est une prévision annuelle. Si les rappels n’étaient pas prévus, il dépassement dans le payement. Si on signale qu’une personne est peut être absente, et qu’on ne traite pas le dossier pour signaler, cela veut dire que la personne là est parmi les effectifs. Quelqu’un est en indisponibilité, on ne dit pas qu’il est indisponible, le salaire va passer. Des gens sont payés dans ces cas indûment, ils ne font pas partie de l’effectif et ne devient être payés, mais l’effectif, à ce niveau est faussé, la masse salariale aussi est déséquilibrée », a-t-il évoqué.

 

Au cours de la rencontre, les techniciens des deux ministères sont appelés à accélérer le traitement des dossiers qui leur sont parvenus, de les bien traiter et de ne pas les mettre par-dessous des bureaux. « L’autre problème que nous remarquons est le comportement des agents qui traînent dans le traitement des dossiers en demandant d’abord des pots de vin », a conclu M. Pariki.

 

Max Dally

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement