pub
Développement

Les Etats membres du G7+ en conclave pour lutter contre la fragilité et tendre vers l’émergence

Advertisement

Le premier ministre togolais Kwesi Séléagodji Ahoomey-Zunu a ouvert ce jeudi à Lomé la troisième réunion ministérielle du Groupe des Etats Fragiles (G7+). « Au moment où démarre le retraite ministérielle du G7+ pour faire le point des progrès accomplis par les différents Etats pour sortir de la fragilité, il me plaît de partager avec vous le parcours du Togo. L’expérience du Togo montre, à notre sens, que la constrution de l’Etat et de la paix est un processus de longue haleine qui se nourrit essentiellement du dialogue et du bannissement de la violence dans toues les démarches politiques », a indiqué son excellence Ahoomey-Zunu lors de son discours d’ouverture.

 

Cette rencontre, à en croire les organisateurs, est une occasion pour les Etats membres du G7+ d’échanger des points de vue et de développer une vision partagée des étapes critiques vers une meilleure efficacité et un engagement conjoint par les pays fragiles et leurs partenaires au développement. Il s’agit également pour les Etats d’échanger sur l’évolution et le niveau de réalisation de New Deal et de conjuguer leurs efforts pour passer de l’étape de la fragilité à celle de l’émergence et de développement.

 

Ils sont au total quelques 65 participants dont une diziane de ministres à prendre part à cette rencontre présidée par M. Ahoomey-Zunu et Gusmao respectivement premier ministre du Togo et de Timor-Leste. Au cours de cette réunion qui va durer deux jours, les participants discuteront des politiques stratégiques touchant les pays affectés par un conflit, étudieront la mise en place d’un plaidoyer sur le programme de développement post-2015, et se pencheront sur le plan de travail du G7+ pour 2104 et 2015.

 

La présente rencontre est « décisive » pour l’organisation et devrait permettre aux Etats membres du G7+ de partager une vision commune sur les questions stratégiques relatives à ses interventions dans les Etats fragiles. Pour rappel, le G7+ est une association de pays qui ont une expérience récente de conflits et classés par les institutions de Breton Woods comme des Etats fragiles.

 

Mécanisme international aujourd’hui reconnu, le G7+ permet de suivre, de rendre compte et d’attirer l’attention de la communauté internationale sur les défis uniques auxquels les Etats fragiles sont confrontés. L’appelation G7+ tire son origine des sept pays fondateurs de ce groupe. Le G7+ regroupe actuellement 19 pays, dont 13 pays africains. Quant au New Deal, il constitue la politique internationale de référence qui guide les Etats fragiles ou en situation de transition dans le monde et se structure autour de trois piliers que sont la consolidation de la paix et le renforcement de l’Etat, la politique inclusive et transition du pays pour sortir de la fragilité et la relation-construction avec les partenaires donateurs.

 

Max Dally

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

 

Advertisement