pub
Société

L’ambassadeur du Togo noyé dans une voiture avec une jeune femme

Advertisement

Triste et étonnante fin que celle de Essohanam Adewui, ambassadeur du Togo au Gabon, qui est mort noyé dans une automobile de sa mission diplomatique qui a plongé dans l’eau du Komo, le samedi 10 mars 2014, à Michelle Marine, un débarcadère de plaisance de Libreville d’où partent des yachts et des vedettes pour des randonnées marines dans les sites touristiques des parcs de Pongara et de Wonga-Wongé.

 

Le diplomate n’était pourtant pas sur cet ersatz de marina afin d’embarquer pour la Pointe-Denis, mais plutôt pour le «203», le night-club de l’endroit, où il était venu passer du bon temps. Si les services du ministère gabonais des Affaires étrangères se sont montrés avares d’informations sur ce drame, se contentant d’annoncer une conférence de presse sur le sujet ce lundi 12 mai, de nombreux riverains du quartier Glass et divers témoins de l’opération d’émersion de la voiture soutiennent que le diplomate a été retrouvé avec une jeune dame. Celle-ci serait la fille d’un magistrat gabonais.

 

Selon des sources policières, SE Essohanam Adewui qui, en début de soirée, était présent à la célébration de la journée de l’Europe, a été aperçu en fin de soirée dans un restaurant de Louis, le quartier des agapes à Libreville, en compagnie de quelques personnes présentées comme ses compatriotes. Il se serait rendu au night-club le «203», tard dans la nuit. Les mêmes sources policières estiment que l’accident se serait produit aux environs de 4 heures. Ce qui amène à déplorer l’arrivée tardive des secours. Car, les dépouilles mortelles n’ont été sorties de l’eau qu’en fin de matinée et ont été réceptionnées à la Société gabonaise de sépultures (Gabosep) aux alentour de 12h30. On croyait pourtant que les services spéciaux tiennent à l’œil les diplomates affectés au Gabon.

Pour l’heure, l’hypothèse la plus plausible est qu’en état d’ébriété avancé, l’ambassadeur se serait trompé de route et aurait dirigé le petit 4X4 qu’il conduisait sur la voie cimentée aménagée sur le quai pour que les remorqueurs puissent descendre dans l’eau en vue d’en sortir les bateaux. Et comme, tout le monde l’imagine, la pression de l’eau a dû empêcher les occupants de la voiture d’en ouvrir les portières. L’endroit qui n’a que très rarement été récuré, selon les riverains, est fort glissant et cause souvent des problèmes aux porte-bateaux qui n’y descendent que reliés à des voitures avec de grosses amarres. On n’en est qu’aux hypothèses, en attendant les résultats d’une enquête qui a été ouverte et dont les premières pistes devraient être communiquées lors d’une conférence de presse du ministère des Affaires étrangères, ce lundi.

 

Plus triste dans cette histoire, selon des sources diplomatiques, SE Essohanam Adewu venait d’être frappé par le décès de sa sœur et son épouse avait quitté Libreville à cet effet tandis que lui-même devait rejoindre Lomé dans la journée où sa dépouille mortelle a été repêchée.

 

Marié et père d’un enfant, selon des sources de la communauté togolaise du Gabon, SE Essohanam Adewu était passé par l’Ecole nationale d’administration d’Alger avant d’effectuer des études de sciences politiques à l’université de Rennes. Depuis 2010, il était ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de son pays au Gabon. Il meurt dans sa 58è année.

 

Source: http://gabonreview.com

Advertisement