pub
Politique

La Majorité Silencieuse dénonce les « marches intepestives » de l’opposition et proclame déjà Faure victorieux en 2015

Advertisement

Les mouvements et associations membres de la Majorité Silencieuse étaient ce vendredi face à la presse pour donner leurs points de vue sur la situation sociopolitique qui prévaut au Togo.

 

Ils ont eu à faire à dénoncer avec la dernière rigueur les manifestions du Collectif Sauvons le Togo et surtout celle prévue pour le 26 avril dernier, qu’ils qualifient non moins de « provocation » mais aussi et surtout de « défiance de l’autorité publique » car l’itinéraire de la marche est choisi à dessein pour créer comme d’habitude, une situation présentant des risques sécuritaires réels.

 

« Nous condamnons fermement les marches intempestives de cette opposition désemparée, et demandons à ses responsables, de cesser d’instrumentaliser nos compatriotes en les envoyant dans la rue, et en priant chaque fois qu’il y ait, au cours des affrontements qu’ils recherchent à tout prix avec les forces de l’ordre, quelques blessés, pour ameuter l’opinion internationale, sur la violation massive des Droits de l’Homme au Togo. Car l’on ne saurait construire une vraie Démocratie, si l’on ne se soumet que de façon sélective aux lois favorables, en exigeant en permanence des dialogues au sujet de toutes lois ayant l’effet contraire, avec, en point de mire, non pas l’intérêt général, mais les intérêts de groupe », a indiqué son porte parole Hubert Atouyo.

 

Parlant des réformes et de l’alternance politique, la majorité silencieuse indique que dans les pays européens que le Togo tient en référence, il existe encore des Rois à vie et des dirigeants dont le nombre de mandats est illimité. « Le vrai Chef de l’Etat dans les grandes démocraties comme l’Allemagne est une chancelière dont le mandat n’est point limité. L’opposition togolaise ne veut véritablement pas de reforme qui n’inclut l’exclusion de son Excellence Faure Essozimna GNASSINGBE du processus électoral. Elle exige une loi rétroactive, en ignorant superbement les racines du drame ivoirien. Aussi, nous, Togolaises et Togolais qui semblons voir poindre des lueurs d’espoir, affirmons notre refus catégorique à toute aventure politique aux cotés de ceux qui se réclament de cette opposition petite bourgeoise dont les leaders vivent avec leurs épouses et leurs enfants comme des princes», a-t-il précisé.

 

D’un autre côté, elle stipule que le Togo est aujourd’hui le seul pays au monde où un petit groupe de personnes peut manifester tout le temps pour faire des réclamations non fondées. « Nous vivons aujourd’hui dans l’un des pays les plus libres au monde, où l’on peut marcher tous les samedis pendant quatre années, même pour des revendications sans fondement. Oui, le seul pays au sud du Sahara, où un groupuscule en perte de vitesse peut exiger avec complaisance ou par opportunisme une révision constitutionnelle enrobée dans le vocable aseptisé de réformes institutionnelles et constitutionnelles sans déclencher un tsunami de réprobation couplé de rodomontade de sanction », a-t-il souligné. Aussi, pour elle, le Togo ne saurait-il se soumettre au diktat méprisant raciste au parfum colonial et néocolonial d’une certaine communauté internationale dont les exigences démocratiques sont à deux vitesses. « C’est dire que le Togo, Etat dont la souveraineté appartient au peuple qui a déjà prouvé sa maturité politique, doit avancer selon ses réalités historiques et sociologiques, et opérer ses propres choix à son rythme, sans s’obliger à copier, sous forme de clonage, des systèmes de gouvernance qui restent à parfaire », a insinué le porte parole M. Atouyo.

« En conséquence de quoi, nous exigeons, dans le strict respect des principes qui fondent la Démocratie, que l’Assemblée nationale retrouve toutes ses prérogatives et un fonctionnement normal, en devenant le cadre de référence des débats relatifs aux réformes politiques, où tout démocrate authentique sache s’incliner devant les choix de la majorité, sans chercher systématiquement à tricher avec la notion de consensus », a-t-il ajouté.

 

Par ailleurs, la majorité silencieuse déclare que Faure Gnassingbé a déjà remporté la victoire à la prochaine élection présidentielle et n’a plus besoin de faire une campagne électorale. «La victoire de Faure Gnassingbé à la prochaine élection présidentielle à laquelle il ne saurait se dérober ne fait aucun doute, parce qu’il n’aura nul besoin de faire campagne. Ses réalisations parlent déjà pour lui et peu importe que le scrutin soit à un, à deux, à cinq ou à dix tours », a conclu M. Atouyo.

 

Max Dally

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

 

Advertisement