pub
Développement

Un accord de partenariat signé entre les acteurs pour mettre en œuvre le 1er produit du FNFI

Advertisement

En prélude au lancement officiel du premier produit du Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI), Accès des Pauvres aux Services Financiers de Base, un accord de partenariat a été signé ce vendredi 25 avril à Lomé entre 18 institutions de microfinances et le fonds. La cérémonie de signature de partenariat a été présidée par Mme Victoire Tomégah Dogbé, ministre du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, en présence du directeur par intérim du fonds.

 

Il s’agit d’une signature qui intervient dans le cadre de la mise en œuvre du produit APSEF et qui formalise l’engagement des institutions financières à servir les demandeurs de crédits. Pour Dogbé, ce partenariat entre le fonds et les intistutions de microfinance permettra aux populations défavorisées de bénéficier de microcrédit pour soit commencer ou soit renforcer leurs activités génératrices de revenus et lutter contre la pauvreté. « Le partenariat qui s’engage aujourd’hui entre le fonds et les institutions de microfinance permettra, j’en suis sûre, aux hommes, mais surtout aux femmes démunies, d’être libérés de l’impuissance qu génère la pauvreté et le pouvoir de se consacrer davantage à des activités génératrices de revenus pour améliorer leurs conditions de vie et celles de leurs familles », a-t-elle indiqué.

 

Au terme de la signature de convention de financement entre les deux parties, le fonds mettra à la disposition des institutions de microfinance des subventions sous forme de lignes de crédit au titre de frais de gestion et d’appui institutionnel logistique, afin de leur permettre d’accorder du microcrédit aux couches les plus vulnérables du pays. Pour rappel, le crédit maximum octroyé par le fonds est d’un montant de 30 000 FCFA.

 

Les demandeurs doivent se constituer en groupe solidaire de 4 ou 6 membres pour bénéficier du crédit. Le taux d’intérêt unique et uniforme est de 5 % l’an sur toute l’étendue du territoire. L’objectif fixé est d’atteindre 2 millions de togolais d’ici 2018. Il entend impacter déjà 300 000 personnes cette année.

 

Max Dally

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

 

Advertisement