Advertisement
Environnement

Les acteurs de société civile en conclave pour élaborer un discours positif autour des énergies renouvelables et efficacité énergétique

Advertisement

Les travaux de mobilisation de la société civile en Afrique francophone autour de la 21ème Conférence des Parties (CdP-21) à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) via la sensibilisation sur les énergies alternatives ont été ouverts ce lundi 28 avril à Lomé par le secrétaire général du ministère de l’Environnement et des Ressources forestières M. Kossivi Essiomlé.

 

Initiée par le Réseau Climat & Développement (RC&D) en partenariat avec l’ONG Action en Faveur de l’Homme et de la Nature (AFHON), cette huitième rencontre annuelle, selon les organisateurs, est destinée à renforcer la capacité de plaidoyer et de sensibilisation de ses membres en partenariat avec Climate Action Network (CAN) Afrique de l’Ouest et International Network for Sutainable Energy (INFORSE).

 

« Les travaux de l’atelier vise à mobiliser la société civile francophone autour de la question des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique car il est démontré à travers plusieurs rapports internationaux des experts sur l’évolution du climat que l’une des principales causes du réchauffement sur les énergies fossiles réside dans la sous exploitation et le gaspillage d’une part significative d’énergie dont dispose le continent et surtout la vétusté des parcs électriques et des réseaux de distribution inefficients », a précisé M Joseph Kogbé, chargé d’animation et co-coordinateur du RC&D.

 

Pour lui, cette rencontre a pour objet l’accès aux énergies renouvelables et l’efficacité énergétique pour lutter contre la pauvreté et les changements climatiques en Afrique qui constitue un enjeu majeur dans la question de réchauffement climatique.

RCD4.jpg

 

 

Pendant quatre jours, une quarantaine d’acteurs de société civile venus de 22 pays d’Afrique francophones et d’Europe verront leurs compréhension et connaissances renforcer sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique afin de pouvoir plaider leurs causes dans différences enceintes, en vue de leur prise en compte dans les plans de développement locaux, la mise en œuvre et la promotion dans les politiques existantes, les positionnements gouvernementaux au niveau national et internationaux. Les travaux se baseront également sur le partage des expériences de terrain, un développement collectif de nouvelles connaissances sur les alternatives qui existent et leurs co-bénéfices socio-économiques, des analyses sur l’état des lieux de la situation énergétique des différents pays. Des argumentaires en faveur des énergies renouvelables seront aussi construits pour développer un narratif positif autour des alternatives qui existent pour favoriser l’accès durable à l’énergie pour tous. Enfin, la séance devra aboutir à la construction d’une stratégie de plaidoyer collective, qui sera ensuite déclinée dans les pays par les associations membres.

 

Pour rappel, l’ONG RC&D est un réseau d’ONG francophones qui travaillent sur le développement et la lutte contre le réchauffement climatique. Elle rassemble aujourd’hui plus de 80 associations dont l’ONG AFHON en est une.

 

Max Dally

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

Advertisement