pub
Politique

Le Togo à la tête des pays africains de référence en matière de leadership féminin

Advertisement

L’Afrobaromètre, un organisme qui coordonne des enquêtes d’opinion dans 34 pays africains, vient de rendre public un grand sondage sur les inégalités hommes-femmes sur le continent. Selon les résultats de l’enquête, les Africains soutiennent les politiques de promotion et de développement du genre féminin. Toutefois de nombreuses discriminations demeurent. Que ce soit sur les plans de la vie professionnelle, des activités économiques, sur le plan politique et autres, des inégalités criardes ne cessent d’être observées. Sont énumérés dans ce rapport, plusieurs pays africains qui font référence des faits et indicateurs de cette discrimination dont sont victimes les femmes. Le Togo lui a beaucoup plus de chance ou de mérite d’être cité comme pays pionnier des nations africaines où le phénomène fait l’objet de lutte à travers une exemplaire politique de promotion de leadership féminin et de parité genre. Très bonne note pour le Togo. Lisez plutôt.

 

A en croire les principales conclusions de l’enquête Afrobaromètre, les femmes font nettement l’objet de discrimination dans leur vie quotidienne. A l’origine de ce fait qui n’est pas nouveau, l’inégalité scolaire particulièrement criante dans certains pays comme le Maroc, le Libéria ou le Bénin. L’écart en matière de scolarisation demeure profond, et des personnes rapportent également que les femmes sont victimes de discrimination sur leurs lieux de travail, devant les tribunaux et par l’action des leaders traditionnels de leurs communautés. Plus d’une Béninoise sur deux estime n’avoir jamais reçu d’éducation de base, alors que deux tiers des hommes y auraient eu accès.

 

Cette situation a pour également pour cause des préjugés partagés sous le poids de la tradition. Au Maroc, ou Soudan ou en Sierra Leone, plus de la moitié des sondés affirment que les femmes sont aussi discriminées par la police et les tribunaux. Dans certains pays, le poids des traditions reste très grand. La majorité des Maliens ou des Nigériens considèrent que les femmes devraient être assujetties aux lois traditionnelles plutôt que de jouir d’une égalité des droits réelle.

 

Sur le plan politique, les efforts faits en faveur des femmes semblent pourtant de mieux en mieux acceptées dans la plupart des pays. Parmi les pionniers, le Rwanda, l’Afrique du Sud ou le Sénégal, où les femmes sont bien représentées au Parlement. Le Togo également, où près de 90% des sondés se disent prêts à ce que des femmes occupent des responsabilités politiques.

 

Voici à ce sujet l’extrait d’un article publié sur le site de RFI (Radio France Internationale) pour illustrer la position et l’avancée du Togo en matière de lutte en faveur de l’égalité genre et pour la promotion de leadership féminin :

le Togo est en tête des pays prêts à voir les femmes occuper une position de leadership

 

Les héritières des fameuses « Nana Benz » du marché de Lomé doivent être fières : au Togo, 87% des personnes interrogées estiment que les femmes peuvent, tout comme les hommes, occuper des postes à responsabilité. Sur cette question, Les Togolais caracolent bien loin devant la moyenne des pays d’Afrique de l’Ouest qui est de 69%. « Les résultats sont d’autant plus intéressants, explique Ezéchiel Djallo, le responsable du volet togolais de l’enquête, qu’on ne sent pas au Togo de grandes différences de réponses entre hommes et femmes, ou entre milieu urbain et rural  ».

Pour le sociologue Roger Kekeh, c’est le dynamisme des femmes togolaises dans le secteur du commerce qui explique cette image de leaders potentiels. Même si les inégalités hommes femmes restent importantes dans le pays. L’analyse est partagée par la militante féministe Honorine Honkou de l’ONG Femmes de Demain. « Au Togo, dit-elle, ce sont les femmes qui tiennent l’économie informelle et souvent, ce sont elles qui gagnent l’argent du quotidien. Mais trop souvent, déplore-t-elle, c’est quand même l’homme qui prend les décisions  ».

 

Rappelons que à l’image des Togolais, Les Africains sont aussi de plus en plus nombreux à accepter l’idée d’avoir une femme à la tête de leur pays ou de leur gouvernement. Avec une différence notable : le Maghreb, où une personne sur deux estime que seuls les hommes peuvent exercer des responsabilités au plus haut niveau.

 

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

Advertisement