pub
Faits divers

Nigeria / Conférence nationale: Une prière oppose des participants religieux

Advertisement

En marge des travaux de la Conférence nationale qui se poursuivent à Abuja au Nigeria, un groupe de Défense des Droits des Musulman (MURIC) s’est élevé contre le pasteur Tunde Bakare, qui a critiqué le mardi dernier Idris Kutigi, le président de la Conférence, pour une prière.

 

Bakare après sa remarque à Kutigi, a suggéré que le président de la Conférence cesse de faire précéder ses prises de parole par une prière en arabe que les gens ne comprennent pas. 

 

En prenant le contrepied de cette critique, le groupe MURIC a rappelé que partout dans le monde, les musulmans commencent leurs discours par une phrase en arabe, courte et dans laquelle ils demandent les directives d’Allah dans leurs propos.

 

A l’adresse du pasteur, MURIC a d’abord trouvé que « l’attaque de Tunde Bakare est malheureuse. Sa critique est née d’une préméditation » avant d’ajouter que le président de la Conférence est un juriste respecté qui a droit de faire ce qui convient.

 

Et pour rappeler le pasteur de Lagos à la raison, MURIC a prétexté que ce chrétien doit savoir « qu’une conférence de cette ampleur nécessite d’abord et avant tout le respect mutuel, la compréhension, la tolérance et le respect de la hiérarchie… ». La déclaration a conclu que chacun doit savoir garder sa langue à la conférence de peur que certaines rancunes n’embrasent le pays.

 

A l’origine de cette contre protestation, le pasteur Bakare a attiré l’attention du président de la Conférence nationale sur sa prise de parole à l’ouverture des débats le lundi 17 mars.

 

Bakare a suggéré à président Kutigi de cesser par prononcer une prière en arabe à chaque fois qu’il prend la parole. La courte prière de Kutigi en arabe vise à implorer la direction d’Allah sur les travaux.

 

En proposant une solution à la prière arabe que bon nombre de nigérians ne comprennent pas selon lui, le pasteur qui vient de Lagos a proposé que le président de la conférence fasse sa prière dans une langue que tous les participants et les citoyens comprennent.

 

CA

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement