pub
Politique

Le premier ministre a entamé des discussions avec les partis politiques

Advertisement

Sur l’instruction du chef de l’Etat, la concertation entre le premier ministre Artème Ahoomey-Zunu et les partis politiques représentés à l’assemblée nationale a débuté ce jeudi à la primature avec le passage de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), la Coalition Arc-en-ciel et l’Union des Forces du Changement(UFC).
Les discussions ont été essentiellement axées sur les cadres de définition des reformes institutionnelles et constitutionnelles, a remarqué togoportail.

A la sortie des discussions avec l’ANC, M. Patrick Lawson a indiqué qu’il y a une volonté de vider ce qui reste à faire au niveau de l’APG et la meilleure façon de le faire est d’ouvrir un cadre de discussion formelle.

Pour la Coalition Arc-en-ciel, il a été également question de l’ouverture d’un cadre de discussion et de voir s’il est question que les travaux prennent fin à l’assemblée. « Nous avons rencontré le premier ministre et l’objet de la rencontre a porté sur les réformes qui sont un boulet que nous trainons des années. S’agissant des réformes, nous avons entendu le Chef de l’Etat dire que c’est à l’assemblée nationale doivent se faire, nous avons réagi en disant que depuis l’APG, nous nous sommes entendus au niveau de toute la classe politique que c’est dans un cadre que les discussions peuvent avoir lieu pour trouver le consensus. Et c’est après le consensus qu’on peut aller au niveau de l’assemblée pour le débat parlementaire », a indiqué Me Dodzi Apévon.

Pour l’UFC, « plus question de perdre de temps dans une quelconque discussion car c’est à l’assemblée nationale que les discussions doivent avoir lieu », a révélé le porte parole de l’UFC Jean Claude Homawoo, à la sortie de l’audience.

Les discussions se poursuivi le vendredi avec d’autres partis politiques en l’occurrence ADDI et UNIR. C’est le 2ème jour de discussion avec les partis politiques.

Ainsi, à l’issue des travaux de concertation avec ces deux formations politiques ce vendredi, le 1er vice-président d’UNIR, Georges AIDAM, se dit rassuré du climat d’apaisement et de compréhension qui prévaut au sein de la classe politique et qui a conduit à l’ouverture de cette concertation.
UNIR s’annonce disposé à faire tous les efforts pour permettre la réalisation des réformes.

Aimé Tchaboré Gogué, le président de l’ADDI, souhaite que ces réformes fassent l’objet de pourparlers dans un cadre restreint associant formations parlementaires et extra-parlementaires et société civile.

Max Dally

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement