Finances

La tourmente s’enfle à ECOBANK : Le DG Tanoh remplacé par Albert Essien

Advertisement

Que se passe-t-il au juste au groupe Ecobank ? C’est la question que le commun des mortels se pose depuis que ce qui devrait être lavé en famille est sorti au grand public et ébranle l’une des fiertés des Africains.

 

Au début, selon certaines sources, les raisons de la crise qui secoue la banque panafricaine serait liée à « une affaire d’argent qui ébranle aujourd’hui Ecobank. Ces professionnels de la manipulation de l’argent l’auraient-ils cette fois-ci mal «manipulé» ? C’est la question qui se pose actuellement au sein du Conseil d’administration et de la direction de cette banque. Au centre de tout ceci, une employée béninoise qui se bat pour protéger les intérêts des actionnaires ». C’était en 2013. Depuis, la crise ne semble pas trouver une solution définitive.

 

En début de cette année, quatre directeurs exécutifs par mail ont demandé la démission de l’actuel directeur général de la Banque, Thierry Tanoh. Selon le confrère Reuters, qui en premier a révélé l’information, « Albert Essien, numéro deux d’Ecobank, a demandé dans un email co-signé par trois autres dirigeants du groupe bancaire le départ de Thierry Tanoh. Les directeurs exécutifs ne citent pas de griefs particuliers contre l’actuel directeur général mais s’inquiètent des conséquences de la crise que traverse l’institution ». Et Monsieur Thierry Tanoh de contre-attaquer dans un autre courrier adressé aux principaux actionnaires le 17 février dernier pour expliquer que ceux qui demandent son départ ont peur des résultats de l’audit commandité et qui pourraient révéler certaines transactions illicites. C’est dans cette atmosphère qu’une assemblée extraordinaire s’est tenue au siège de l’institution à Lomé en début du mois.

 

Alors que les détracteurs du Dg d’Ecobank étaient en tee-shirt demandant sa démission au cours de l’AG, aucune décision n’a été prise en ce sens. Il a été confirmé à son poste au moins jusqu’en juin prochain où aura lieu l’assemblée générale ordinaire. « L’affrontement tant craint n’a au final pas eu lieu. L’assemblée générale extraordinaire (AGE) des actionnaires d’Ecobank, convoquée à Lomé le lundi 3 mars, a adopté le plan d’action sur la gouvernance d’entreprise proposé par le conseil d’administration « en application des recommandations de la Securities & Exchange Commission (SEC) du Nigéria », annonce le groupe bancaire panafricain dans un communiqué. La mise en œuvre du plan en 51 points, établi en réponse au rapport conjoint élaboré par la SEC avec le cabinet d’audit et de conseil KPMG « prend effet immédiatement », est-il également indiqué dans ce compte-rendu », a écrit une source.

 

L’AG a adopté trois résolutions modifiant les statuts de la société. Selon les nouveaux statuts, le groupe bancaire panafricain « ne peut faire aucune acquisition, fusion ou cession des actifs dont la valeur est supérieure ou égale à 20% de la valeur nette comptable de la société sans l’approbation des actionnaires présents en assemblée générale obtenue à la majorité simple », poursuit le communiqué d’Ecobank.

 

C’est donc avec surprise qu’après la rencontre avec les principaux actionnaires, et au moment où les cadres de l’institution s’emploient pour que l’institution redore son blason qu’on apprend que  « le Conseil d’Administration du groupe Ecobank vient de suspendre Thierry Tanoh de son poste de Directeur General, avec effet immédiat ». Il se dit qu’il est remplacé par Albert Essien, l’un de ceux qui ont voulu son départ. La crise à Ecobank, semble-t-il, ne fait que commencer ? Affaire à suivre.

 

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

 

Advertisement