pub
Société

Commercialisation des produits contrefaits en Afrique : cas du Togo

Advertisement

Le nombre des produits électriques contrefaits, considérablement augmenté ces dernières années sur le continent africain. Au Togo par exemple il est très facile d’en trouve à chaque coin de rue, puisqu’ils inondent les marchés. Quelles sont les raisons qui motivent les togolais à se procurer ces produits ?  Reportage.

 

Ingelec, est une société de vente de produits électriques pas comme les autres. En plein centre villes de Lomé, elle a décidé a opté pour  des panneaux publicitaires pour promouvoir ses produits. Une grande première au Togo puisque, la plus part de ce type société ne s’aventure pas sur ce chemin, réservé à d’autre annonceur. C’est peut être une action vaine. Puisque un togolais sur dix se tourneront vers des commerçants peu ordinaires pour se procurer des produits électriques d’origine. Dans sa boutique Ousmane, commerçant de produits électriques fabriqués pour la plus part au Nigériane et en Chine, est occupé. Il est occupé à servir ces clients. Et il essaye, tant bien que mal, de résoudre, comme la plus part du temps, certains problèmes. Parmi ces clients, une jeune dame d’environ la trentaine. Entre ses mains une rallonge apparemment neuve. Elle est venue pour la changer ou au pire des cas  se faire rembourser puisque ladite rallonge ne fonctionne plus.  « Cela fait  seulement deux jours que j’utilise cette rallonge. je suis venu l’acheter ici. Mais après quelques séances de repasser elle ne fonctionne plus » confie-t-elle tout en colère. Ce n’est pas la première fois qu’Ousmane fait face à ce genre de problème. « Dans cette boutique nous avons trois qualité de produits .les meilleurs, les acceptables et les mauvais. Et nous les vendons en fonction de leur qualité» explique-t-il avec un léger sourire. Selon ces dires, il prend souvent  la peine d’informer les clients sur la qualité des produits. «  Mais en bon africain ils préfèrent toujours les produits bon marché » rajoute-il.

 Plusieurs togolais se préoccupent peu de la qualité des produits électriques qu’ils utilisent. Pour eux, il suffit juste d’en trouver, un qui remplit  les mêmes fonctions  que les produits électriques d’origines .Compte tenu de leur coût, accessible à toutes les bourses, ces produits électriques contrefaits sont les plus utilisés dans les ménages. Une ampoule électrique bon marché coûte par exemple 250 FCFA(…) alors que l’originale vaut deux à trois fois son prix. Alors le choix est clair. Plus que question de débourser cette somme, dans un pays où la plupart des habitants vivent avec moins des 2 euros par jour. La situation est inquiétante. Ces produits électriques contrefaits sont à l’origine  de beaucoup d’incendies. Agbekou jeune électricien nous confie qu’il a à chaque fois exigé de ces partons des produits électriques de bonnes qualités avant d’entamer un quelconque travail. Cela depuis son dernier incident de court-circuit qui a failli lui coûter la vie au nord du Togo, il y a deux. Les incidents dus à l’utilisation des produits électriques sont fréquents. Mais ceux-ci sont insuffisants pour attirer l’attention des autorités togolaises sur le phénomène. Seuls les produits pharmaceutiques contrefaits retiennent leur attention.

Selon un rapport rendu publique par  le IEC, les produits électriques contrefaits occupe la deuxième place à l’échelle mondiale, après les produits pharmaceutiques contrefaits. Ces produits inondent malheureusement le marché togolais, compte tenu de la porosité des frontières. L’association togolaise de consommateur, a eu dans sa mission, à mener plusieurs actions inopinées dans les marchés de la capitale togolaise. Mais seuls les produits agroalimentaires ont retenu leur attention. Quoi qu’en dise le combat contre  la contrefaçon des produits électriques est loin d’avoir trouvé un écho favorable auprès des autorités. Même si leur commercialisation dans ce pays a un d’impact négatif sur l’économie, dont la perte les recettes fiscales.

 

Des frontières poreuses.

Comment expliquer alors que ces produits de mauvaises qualités inondent les marchés togolais ? C’est un secret de polichinelle pour beaucoup d’africains. Leurs frontières sont poreuses. Pour faire passer des produits illicites au Togo par exemple comme dans bien d’autres pays africains, cela ne semble pas être facile. Puisqu’il suffit seulement de glisser quelques billets de banque aux agents des douanes et de la police qui sont pour la plus part mal payés. Alors la corruption à ce niveau reste le seul moyen pour ces derniers de sortir de l’ornière. Depuis quelques années déjà les autorités togolaises mènent une lutte acharnée contre certains produits contrefaits. Malgré la volonté de ces derniers d’endiguer ce phénomène, on retrouve facilement c’est produits sur le marché.

 

Le malheur des uns fait le bonheur des autres

Les pertes des grandes entreprises, engendrées par les contrefaçons sont énormes. Pour les pays européens par exemple les chiffres sont estimés à 90 milliards de FCFA. Ils sont des plus en plus nombreux ces commerçants africains à se lancer  dans le commerce de ces produits électriques .Et leurs principaux fournisseurs sont les pays comme la Chine et le Nigéria. Ces pays sont arrivés avec leurs atouts technologies à copier à la perfection les produits originaux et à leur revendre. Sur le continent africain par exemple leur part de marché est important. Malheureusement les bénéfices issus de ces ventes ne servent qu’à financer des réseaux mafieux. Mais pour faire face à ce phénomène, il faudrait attaquer le mal à la racine.

 

Daniel Addeh

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement