pub
Coopération

Suite à la série de saisies des ivoires au Togo, les USA félicitent le président Faure GNASSINGBE

Advertisement

La maison blanche par l’intervention de son secrétaire d’Etat John Kerry, a appelé le président Togolais Faure Gnassingbé jeudi, pour féliciter son gouvernement pour les grands efforts menés dans la lutte contre le trafic international des espèces sauvages, dont la dernière en date fut l’interception et l’arrestation de trois grands trafiquants illégaux d’espèces sauvages au Port Autonome de Lomé.

 

Selon un communiqué rendu public hier matin par l’ambassade des Etats-Unis au Togo, dont Togoportail a accusé réception, « Le Togo a envoyé un message fort au monde sur son engagement à protéger les populations d’éléphants d’Afrique » rapporte le communique avant de rappeler que dans le dernier mois, les autorités togolaises ont réalisé plusieurs saisies d’ivoire illégales, soit plus de quatre tonnes.

 

Un record de saisie dans la sous-région poursuit le communiqué. « Individuellement et collectivement, ce sont les plus grosses saisies d’ivoire dans l’histoire de l’Afrique de l’Ouest. Dans une opération séparée en août 2013, le gouvernement du Togo a arrêté un trafiquant notoire d’espèces sauvages, Emile N’Bouké. Les efforts du Togo contribuent à la lutte mondiale contre le trafic illégal d’espèces sauvages, et les États-Unis continuent de collaborer avec le Togo dans le cadre de la lutte contre cette menace transnationale » ajoute le communique du département américain. Notons que le Togo n’est pas à sa première manœuvre dans la lutte contre le contre le trafic international des espèces sauvages.

 

Plusieurs saisies ont été opérées dans le passé depuis l’interdiction par la Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction (CITES) de 1989. Mais la forte demande et le coût élevé des ivoires et autres espèces sauvages au Moyen-Orient et en Asie encouragent, les trafiquants de ses espèces à s’aventurer dans ce domaine illégal jugé juteux par ses entrepreneurs. Le département américains précise que : « Le trafic de la faune est une entreprise criminelle de plusieurs milliards de dollars qui a dépassé le simple souci de conservation pour devenir une menace à la sécurité. L’implication croissante du crime organisé dans le braconnage et le trafic de la faune favorise la corruption, renforce les routes commerciales illicites, déstabilise les économies et les communautés qui dépendent des espèces sauvages pour leur subsistance, et contribue à la propagation des maladies ».

 

Les Etat Unis depuis la signature du décret présidentiel 13648 en juillet 2013, convergent leur effort pour organiser pour relever ce défi au niveau national, et aider les gouvernements étrangers en lutte contre le trafic de la faune et la criminalité transnationale organisée.

En attendant d’autres grosses pèches de la police togolaise, le président Faure Gnassingbé et son gouvernement marquent un point de plus dans le concert des nations.

 

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement