pub
Education

Le manuel de la stratégie de faire faire a été validé en faveur de l’alphabétisation et d’éducation informelle

Advertisement

« Les études ont révélé que 43% des personnes âgées de 15 à 45 ans au Togo n’ont jusqu’à présent aucune notion en en lecture et en écriture ». Ces chiffres prouvent que les efforts fournis par le gouvernement et d’autres acteurs en matière de l’alphabétisation des populations demeurent insuffisants.

 

Pour contribuer à l’amélioration de la situation, le ministère de l’action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation en coopération avec le ministère des enseignements primaire et secondaire a tenu ce mardi à Lomé une rencontre de validation du manuel de procédures du faire faire en alphabétisation et éducation non formelle. Selon Mme Léa Yentcharé, directrice de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle, le manuel validé est une référence et un outil de contrôle des actions sur le terrain. « Il renferme des outils qui permettent à un opérateur de poser sa requête et définir les conditions pour être opérateur en éducation », a-t-elle ajouté.

 

Sa validation consiste, selon elle, à déléguer la mise en œuvre des actions en alphabétisation aux acteurs impliquées en l’occurrence les opérateurs en alphabétisation et d’éducation informelle. Dans cette optique, le gouvernement joue le rôle de coordonnateur, d’évaluateur et d’appui à la conception des programmes d’alphabétisation et d’éducation informelle. Dans la stratégie du faire faire, les rôles sont vraiment partagés et bien définis entre l’Etat, les opérateurs, les partenaires techniques et financiers et les communautés.

 

La mise en œuvre de la stratégie de faire faire qui a fait ses preuves dans d’autres a été appuyée par l’UNESCO. La séance des travaux de validation du manuel a été ouverte par le directeur de cabinet du ministère de l’action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation M. Koffi Gani.

 

Max Dally

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement