pub
Education

IRES-RDEC lance les activités de sa première promotion de formation doctorale

Advertisement

La ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et de la Formation civique Kouméalo Anaté a procédé, ce vendredi à Lomé, à la cérémonie des études doctorales de l’IRES-RDEC sous le thème : « arts et culture au service du développement ».

« L’Institut Régional d’Enseignement Supérieur et de la Recherche en Développement Culturel (IRES-RDEC) est, à travers ce programme doctoral appuyé par l’UEMOA, le cadre privilégié de la conduite de la nouvelle orientation de nos politiques de développement avec comme soubassement, la culture », a indiqué Mme la ministre.

 

Pour M. Kodjona Kadanga, directeur général de la formation doctorale IRES-RDEC, cette leçon inaugurale revêt un double intérêt. « Elle est un cadre d’échanges entre doctorants, enseignants chercheurs et invités autour de la thématique choisie et permet de procéder au démarrage effectif de nos activités », a-t-il mentionné.

 

Au cours de la cérémonie, le professeur Essoham Assima-Kpatcha, enseignant chercheur d’histoire, à l’UL a entretenu l’assistance sur le thème : « l’art et la culture au service développement ». « Il revient aux africains d’être fiers de leurs cultures ; même au niveau des appuis extérieurs, il faudrait que les Africains s’imposent par leur identité culturelle. Les Africains doivent s’imprégner de la vérité suivante : si le développement de l’Afrique veut dire s’occidentaliser, c’est que l’Afrique ne se développera jamais », a-t-il conclu à la fin de son exposé.

 

Pour rappel, cette formation est à sa première promotion avec 94 doctorants inscrits sur 145 postulants venus de la Côte d’Ivoire, du Niger, de l’Algérie, du Gabon et du Togo, et ceci après délibération Conseil Scientifique et Pédagogique présidé par le Professeur Sékou Bamba de l’Université de Cocody. « Créé en 1976 sous le nom du CRAC, l’école s’est vue de nom sous la dénomination de l’IRES-RDEC en 2012 avec son siège à Lomé et a pour but d’être un important outil d’intégration régionale et de promotion de l’excellence dans la formation des hauts cadres », a précisé M. Kadanga.

 

Max Dally

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement