pub
Développement

TOGO: Le Fonds National de la Finance Inclusive est lancé à Kara par le chef de l’Etat Faure Gnassingbé

Advertisement

La ville de Kara , localité située à environ 420 Km de Lomé (Togo), a accueilli la cérémonie officielle de lancement du Fonds National de la Finance Inclusive ce samedi 25 janvier. Marquée par la présence effective du chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé, la cérémonie s’est déroulée au Palais des Congrès de la Ville de Kara dans une solennité des grands jours. Plusieurs membres de gouvernement dont Mme Victoire Tomégah Dogbé ministre de Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, les représentants du corps diplomatique au Togo, des responsables des Institutions républicaines et internationales, des autorités administratives et privées, différents acteurs de développement et du secteur de la micro-finance, et une bonne partie de la population de Kara et de ses environs y ont assisté.

 

Sous le haut patronage de son Excellence Faure Essozimna Gnassingbé, président de la République Togolaise, le Fonds National de la Finance Inclusive a été lancé avec la mise en place de puissant mécanisme de financement et de promotion du secteur de la micro-finance aux populations bénéficiaires que les populations à la base. Piloté par le ministre de Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, le Fonds National de la Finance Inclusive se présente comme une réponse concrète forte aux contraintes spécifiques d’accès des populations, surtout pauvres, notamment des jeunes et des femmes aux services financiers de base.

PARIS_TIEM.jpg

Table d’honneur où on reconnaît à l’extrême droite la ministre Victoire Tomégah Dogbé. A ses côtés, ses collègues Dédé Ahoéfa, de l’Alphabétisation et Sémondji Djossou de la Planification ( à l’extrême gauche), ainsi que les premiers Responsables des Institutions partenaires du Fonds.

 

 

Face à la pauvreté et aux difficultés auxquelles se heurte sans cesse la population vulnérable, ce fonds vient comme la solution adéquate et pratique pour relever les défis de la réduction de la pauvreté et l’exclusion des marginalisés et de nombreux togolais exclus des systèmes financiers classiques. Sa principale mission est de satisfaire de façon permanente et pérenne, les besoins en produits financiers de proximité exprimés par les individus et les communautés n’ayant pas accès à des services financiers classiques.

 

Dans son discours de lancement, le président de la République Faure Essozimna Ganssingbé a déclaré que l’idée de création du Fonds National de la Finance Inclusive ‘’ est un projet national qui a l’adhésion de toute la population togolaise et c’est une véritable coalition contre la pauvreté que nous sommes entrain de mettre en place. Des marques d’adhésion et de soutien qui nous viennent des partenaires en développement, des pays frères et amis comme le Bénin, nous servent de source d’énergie pour la réussite de l’ambition. C’est le lieu d’annoncer mon total engagement, ainsi que celui de tout mon gouvernement en faveur de ce projet ’’.

‘’En mettant en place un Fonds National de la Finance Inclusive, la vision ultime du Gouvernement togolais est donc de contribuer, de manière significative et déterminante, à repousser les frontières de l’exclusion financière qui s’observe dans les activités et mode de vie de la population des localités rurales et contrées reculées du Togo. Il s’agit d’appuyer le secteur de la micro finance et autres institutions financières bancaires ou non, dans la réalisation d’interventions spécifiques destinées à promouvoir dans la durée, la mise en place de mécanismes et produits pertinents répondant aux besoins des couches les plus pauvres’’ a relevé le Directeur général par intérim du Fonds National de la Finance Inclusive.

 

‘’Ce fonds ne s’adresse pas directement aux bénéficiaires de base, mais il va doper les services d’institutions de micro-finance, de banques et d’autres opérateurs financiers de promiscuité pour que les produits adaptés arrivent à ces femmes et à celles qui vivent de cas pareils’’ a-t-il ajouté.

PRESI.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Le président Faure Gnassingbé lors de son discours de lancement du fonds.

 

 

 

 

 

Le fonctionnement du Fonds National de la Finance Inclusive a pour objectifs de promouvoir dans la durée auprès des prestataires de services financiers, des approches novatrices qui génèrent des produits financiers pertinents et adaptés, destinés aux personnes pauvres ou à revenus intermédiaires. Le fonctionnement du Fonds National de la Finance Inclusive se base sur une série d’impacts et avantages déclinées en quatre (04) points.

Premièrement, le fonds a l’avantage d’aider les institutions financières partenaires de mieux comprendre comment organise-t-on les services d’épargne, de crédit, de transfert, d’assurance et bientôt de banque par téléphone portable.

Au second point, le fonds recherche auprès de l’Etat ou des partenaires en développement des fonds de crédit à mettre à la disposition des institutions financières partenaires ; ces ressources mobilisées sont mises à disposition sous forme de ligne de crédit, à des taux étudiés de manière à ce que les institutions disposent de ressources suffisantes et adaptées pour faire de microcrédits aux bénéficiaires de base à des conditions suffisamment raisonnables pour que ces bénéficiaires de base puissent rentabiliser leurs activités. De même il est pris en compte dans son mécanisme de fonctionnement des conditions suffisamment adéquates pour que ces institutions puissent continuer de rendre de manière durable des services particulièrement aux pauvres. 

Troisièmement, le fonds va accompagner particulièrement, par le mécanisme de sécurisation de prêt, des institutions courageuses qui veulent aller dans des zones très reculées pour soutenir le financement des secteurs d’activités au sein de la communauté de base.

Enfin et quatrièmement, le fonds veut encourager les banques à avoir des relations financières plus accrues avec des institutions de micro-finance au profit de la population bénéficiaire. C’est pour cela le fonds va initier un mécanisme de facilitation qui rassure les banques et qui leur permettent de donner plus de financement aux institutions de micro-finance.

 

‘’ Cet important outil va certainement modifier le paysage de la finance dans notre pays en créant des alliances fortes et des synergies structurelles entre acteurs et bénéficiaire. Nous sommes au service de la population les plus vulnérables. Nous ne pouvons pas laisser les pauvres s’appauvrir davantage’’ a souligné le président de la République.

SAM_5349.jpg

 

 

 

Cette initiative de création de fonds a été saluée par les acteurs du secteur de micro-finance au Togo à l’instar de Nassirou Ramanou, directeur général de la microfinance « WAGES » qui à l’occasion de cette cérémonie de lancement, a précisé que ‘’je voudrais très humblement par ma voix vous rassurer de l’adhésion sincère, franche et sans équivoque de toutes les institutions de micro-finance du Togo et des acteurs du secteur financier à ce nouvel instrument dont la valeur ajoutée est certaine en terme de création d’emploi, que ce soit les activités génératrices de revenus, les micro et moyennes entreprises’’.

Il en est de même pour les différents partenaires en développement qui s’engagent à appuyer et soutenir les actions de mise en œuvre et l’opérationnalité du fonds. Ainsi, les représentants du PNUD, de la Banque Africaine de Développement (BAD), de l’Union Européenne au Togo, ont respectivement salué l’initiative qui vient répondre aux défis liés à la lutte contre la pauvreté.

L’objectif est de toucher en 5 ans, grâce aux interventions du Fonds à travers ses partenaires, deux millions six cent mille bénéficiaires directs soit près de 10 millions de togolais indirectement à l’horizon de 2018.

Le Gouvernement vise l’efficacité d’un instrument financier souple, pratique et pragmatique au service de la promotion et du développement d’une finance accessible à tous, pérenne, fortement corrélée avec la promotion de la micro, très petite, petite et moyenne entreprise grâce à des partenariats stratégiques des Prestataires de Services Financiers (PSF) avec les structures techniques offrant des services non financiers à la création, au développement et à la gestion d’entreprises ou d’activités génératrices de revenus par les population à la base.

 

Vicarmelo TIEM

Togoportail, toute l’information à votre portée

PHOTO_2.jpg

Advertisement