pub
Société

Les femmes victimes des incendies des marchés du Togo disent « n’avoir pas encore été indemnisées » un an après ce drame

Advertisement

Les victimes des incendies des grands marchés de Lomé et de Kara réunis au sein de l’Association des Sinistrés des Marchés du Togo (ASSIMAT) et l’Association des Commerçants du Togo (ACT) ont témoigné ce jeudi à la presse leur insatisfaction face à leur indemnisation par rapport aux « incendies criminels ».

 

Pour ces femmes, cette conférence de presse est organisée pour attirer l’attention des autorités gouvernementales sur la situation alarmante qu’elles vivent après cette tragédie et de les interpeller à plancher sérieusement sur le problème pour leur indemnisation. «  Un an, après ces événements douloureux, nous avons nourri l’espoir de voir renaitre de ces cendres nos activités grâce aux soutiens de notre gouvernement. Nous avons cru en la volonté politique et au sens du devoir de protection de nos dirigeants vis-à-vis des citoyens que nous et qui en principe devrait les conduire à nous aider à surmonter nos difficultés, mais hélas ! Seule une aide destinée à pourvoir à nos besoins vitaux, a été octroyée à chaque sinistré selon des critères dont nous continuons de douter l’objectivité », a déploré, Sénaya Afi Vigno, présidente d’ASSIMAT.

 

Selon Mme Sénaya, les sommes ont été distribuées aux sinistrés en espèce sans tenir compte des pertes évaluées. « Certains d’entre nous n’ont même pas bénéficié de cette aide », a-t-elle souligné.

 

Par rapport au fonds collectés par le téléton organisé par l’Association Citoyenne pour un Togo Emergent (ACTE), les sinistrés exigent une explication de l’utilisation qui est fait du montant recueilli pour les aider.

 

Au vu de cette situation, les femmes sinistrées interpellent le gouvernement à penser sérieusement à les indemniser afin de leur permettre de relancer leurs activités économiques.

 

Max Dally

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

Advertisement