pub
International

Ghana : Un mariage précoce avorté par la Police à Aflao

Advertisement

La Police ghanéenne à Aflao, une ville frontalière avec Lomé, a mis fin le 17 janvier 2014 a un mariage précoce organisé par la communauté malienne entre un homme de 35 ans et une jeune fille élève de 15 ans. La loi ghanéenne interdit le mariage forcé et surtout celui avec des mineurs.

 

Selon l’agence de presse gouvernementale (GNA), la jeune fille est d’origine malienne et est élève dans une école islamique. Quant au jeune homme, futur époux raté, il est revenu de l’Arabie saoudite pour ce mariage.

 

Jusqu’au jour-j de son mariage, la jeune élève n’était pas au courant du projet de son union avec quelqu’un. A l’opposé de choix qu’on voulait lui faire accepter, elle a déclaré être habitée pas le désir de poursuivre sa scolarité.  

 

L’affaire est parvenue à la Police suite à une fuite qui était parvenue à la Commission des Droits de l’Homme et de la Justice Administrative (CHRAJ).


 

Pour les cérémonies de ce mariage qui n’a pu aller jusqu’à son terme, la Police a révélé que des mets ont été apprêtés pour la réception chez un parent de la jeune fille.

 

Après la découverte de l’affaire les organisateurs des noces ont plaidé auprès de la Police pour annuler ce mariage eux-mêmes. Des dessous de cette union précoce, il ressort que le père de la fille a accepté la demande de la main de sa fille depuis l’âge de 12 ans.

CA

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement