pub
Au fil des questions réponses

Invité d’Honneur sur Togoportail : M. Johnson Kuéku-Banka, Directeur Général du Centre Togolais des Expositions et Foires de Lomé (CETEF-LOME)

Advertisement

Le site du Centre Togolais des Expositions et Foires (CETEF) va ouvrir ses portes à partir du 29 novembre prochain pour accueillir la 11ème Foire Internationale de Lomé qui va prendre fin le 16 décembre. Comment vont les préparatifs à moins de quelques semaines de ce grand rendez-vous des affaires ? Kuéku-Banka Johnson, le Directeur du CETEF donne des précisions. Pour cette interview dont la première partie a été déjà publiée, voici le rendu de la seconde partie.

 

Question : Tous les regards seront tournés vers le site du CETEF du 29 novembre au 16 décembre prochain pour la onzième édition de la Foire Internationale de Lomé. Quels sont les préparatifs à moins de deux mois de grands rendez-vous des affaires ?

Kuéku-Banka Johnson : Les préparatifs vont bon train. Au plan promotionnel, nous sommes rentrés des voyages de promotion des pays cibles de cette année notamment le Gabon, la Gambie, la Cote d’Ivoire et la Suède, avec de très bonnes moissons.

Pour ce qui concerne le Gabon, sa participation à la Foire de Lomé remonte à 1985, (la 1ère Foire Internationale de Lomé). Or comme vous le savez, le Gabon est aujourd’hui l’un des pays émergents en Afrique en général et en Afrique centrale en particulier. Cela peut être une occasion pour nos hommes d’affaires, de prendre contact avec les réalités économiques de ce pays et aussi l’occasion de nouer des relations d’affaires dans les secteurs dans lesquels ce pays a un avantage comparatif comme celui du bois. Ce pays sera donc présent en forte délégation de haut rang en tant que pays invité d’honneur africain.

Le second pays invité d’honneur est la Suède. Ce pays nous a invités à présenter les opportunités d’affaires au Togo pour les opérateurs Suédois réunis en conclave à Malmö deuxième grande région suédoise. Ceci a été fait avec brio et toutes les zones d’ombres levées, afin qu’ils puissent participer avec éclat à la Foire.

La Gambie et la Cote d’Ivoire – deux pays de la sous-région qu’on ne voit souvent pas à la Foire Internationale de Lomé – nous ont fait la promesse d’être représentés cette année à Lomé.

Dans le domaine de la promotion et de la communication, les premières publicités passent depuis un mois sur les medias partenaires, les journaux sans oublier les sites internet qui font un travail assez colossal.

A l’intérieur, les travaux d’aménagements ont commencé et j’espère que nous serons prêts avant le jour J.

 

Depuis 2009, la Foire Internationale de Lomé est devenue annuelle. Pouvez-vous nous rappeler sa raison d’être et son importance pour l’économie nationale ?

La Foire Internationale de Lomé est devenue annuelle pour permettre aux opérateurs économiques d’avoir plus d’occasions d’échanges et de rencontres avec d’autres opérateurs qui nous viennent de par le monde.

La Foire Internationale de Lomé est devenue aujourd’hui une plateforme d’affaires et de rencontres entre les divers intervenants de l’économie nationale. Elle met en relation des opérateurs économiques venus d’horizons divers, dans le but de nourrir des contacts d’affaires. Comme on le dit si bien, c’est la prospérité des affaires qui constitue le socle de la croissance et du développement économique. Lorsque les affaires prospèrent, cela engendre une augmentation de la production nationale partant de cela, du revenu national. Cela implique également l’augmentation des recettes douanières et fiscales et permet de booster la consommation par le fait de l’accroissement de l’emploi et du niveau de revenu.

Elle permet également d’accroître le niveau des exportations surtout les nouvelles que l’on a la possibilité de promouvoir.

Contrairement à ce que l’on pense, elle permet à terme de réduire les prix dans la mesure ou elle constitue une place ou se joue la concurrence entre plusieurs biens ayant la même destination. .

Dans le très court terme, c’est un moyen d’assurer des revenus aux jeunes gens en quête de leurs premières expériences en matière d’emploi. Enfin, c’est une occasion qui crée véritablement un environnement de business dans lesquels tous les secteurs d’activités profitent, notamment l’hôtellerie la restauration, le transport, les petits emplois, la menuiserie, la maçonnerie etc.…

 

La Foire Internationale de Lomé est une exposition destinée aux professionnels, mais aussi au grand public. Quelle sera la grande attraction cette année ?

C’est l’institution des deux pays invités d’honneur : un du continent et le second du reste du monde.

Notre souci est de faire de la Foire, le lieu où les spécialistes des affaires auront véritablement à se rencontrer et à travailler. C’est pour cela que cette année nous sommes déjà en train de préparer les couches intéressées notamment certains camps de métiers à la Foire notamment à travers le Groupement Togolais des Petites et Moyennes entreprises (GTPME). Ils ne viendront pas pour découvrir les exposants venus d’ailleurs comme par hasard, mais ils seront informés d’avance et sauront à se préparer en conséquence.

Nous avons initié une nouvelle forme de rencontre. Elles, portent sur la possibilité données aux entreprises de profiter de la foire pour présenter leurs produits en conférences suivies de démonstration. L’exemple le plus palpable portera sur la présentation par une société allemande d’un appareil de nouvelle génération pour la réalisation des interventions chirurgicales. Cette séance sera suivie d’une démonstration sur un patient dans une clinique de la place.

 

Et quelles seront les activités les plus en vue au cours de cette onzième édition ?

Nous aurons les séances B to B entre participants à la Foire et les visiteurs professionnels et des séances de démonstration telles que celle qu’effectuera la firme allemande spécialisée dans la production d’appareils de pointe d’intervention en milieu hospitalier.

 

La 11ème Foire se tiendra du 29 novembre au 16 décembre 2013, mais sa campagne de promotion a été lancée très tôt, dès la mi-juin. Est-ce une nouvelle stratégie que vous mettez en œuvre ?

En effet, il est désormais de coutume que nous procédions au lancement de la Foire Internationale de Lomé des mois avant son ouverture officielle. Cette année, la campagne de promotion a été lancée beaucoup plus tôt que d’habitude.

Ceci, émane tout simplement du constat que, malgré les informations diffusées à la clôture, la plupart des exposants attendent cette cérémonie avant de commencer les préparatifs de leur participation à la Foire. Préparatifs qui, normalement doivent prendre au minimum six mois pour pouvoir assurer des résultats tangibles.

La seconde raison porte sur le fait que plusieurs excellents projets portés par des exposants ne trouvent pas de concrétisation pendant la foire en raison tout simplement de l’insuffisance du temps nécessaire pour leur préparation. Nous espérons que cette nouvelle disposition que nous avons prise permettra donc de remédier à cet état de chose.

Avec ses performances répétées au fil des ans, la Foire de Lomé se présente dans la sous-région et même dans certains pays du Nord comme l’une des plus grandes dates du calendrier. Pouvez-vous nous rappeler en quelques les chiffres de l’édition précédente ?

L’année passée, nous avons enregistré plus de 800 exposants d’une vingtaine de pays avec plus de 300.000 visiteurs.

 

Et quelles sont vos prévisions pour cette onzième Foire internationale de Lomé ?

Cette année, nous attendons au moins 900 exposants venant de 25 pays. Selon nos projections, environ 350 000 visiteurs passeront sur le site.

 

Est-ce que selon vous, les drames que nous avons vécus en début d’année avec les incendies des deux grands marchés auront des incidences sur cette foire ? Si oui lesquels par exemple ?

Absolument non, dans la mesure où le taux de remplissage d’aujourd’hui n’est pas inférieur à celui de l’année dernière à pareil moment. Mais, je pense personnellement que la Foire serait une occasion pour eux de relancer et de booster leurs affaires.

 

Certaines sociétés nationales comme Togo Télécom, Togocel, seront sûrement encore présentes à titre d’exposants et de sponsors. Quels sont les autres sociétés ou sponsors déjà signalés ? Avez-vous quelque chose à leur dire ?

Ils sont nombreux à vouloir nous accompagner cette année. A part ceux que vous aviez cités, nous avons : Moov, Asky, Ecobank, Port Autonome de Lomé, BTCI, CEET, NSIA, UTB, BTD, SAZOF et la Banque Atlantique. Nous les remercions pour le soutien interminable qu’il nous apporte…

 

Certaines sociétés extractives ont ouvert leurs portes dans notre pays cette année. Est-ce que nous les verrons dans les pavillons ?

Nous attendons toujours leurs réactions par rapports au clin d’œil que nous leur faisons. Peut être, qu’ils ne sont pas prêts pour l’instant à participer. Nous espérons que l’élan viendra de soi.

 

Aujourd’hui, les Tics sont une réalité pendant les Foires. Quelle utilisation allez-vous en faire cette année. Est-ce qu’il sera possible de s’inscrire en ligne ou de faire d’autres opérations en ligne ? Quelle est la procédure ?

La Foire Internationale de Lomé a toujours suivi l’évolution des Tics et depuis des années, nous avons instauré l’inscription en ligne. Les exposants le font d’ailleurs si bien. Tous les jours, nous ne cesserons de recevoir des messages sur la Foire.

 

Quelle est l’organisation cette année au niveau des espaces ? Est-ce que tous les 4 pavillons et toutes les galeries marchandes seront ouverts ? Et à combien sera cédé le mètre carré ?

Tous les pavillons et espaces shopping sont ouverts et pratiquement occupés. On procèdera aussi en cas de nécessité, à l’ouverture de l’espace qui est à l’étage du pavillon Oti pour pouvoir accueillir plus d’exposants.

 

Chaque année, la foire prend de l’ampleur au regard des chiffres. Comment ferez-vous pour mieux maîtriser les flux de visiteurs, surtout les week ends ?

Nous allons notamment rééditer certaines mesures pratiques qui ont fait leurs preuves lors de la 10ème Foire comme le changement de certaines voies d’accès en sens unique ou la modification des prix d’entrée les week ends. Aussi avons construit d’autres guichets et portes d’entrées et de sortie en vue de contenir l’affluence.

 

Avez-vous un message à l’endroit des exposants qu’ils soient togolais ou étrangers, à l’endroit des visiteurs et même à l’endroit des médias ?

Nous leur demandons de bien préparer leur participation et de produire des prospectus et cartes de visites, parce qu’une foire est avant tout une présentation de sa structure et un échange de contact.

 

Votre mot de fin ?

Ensemble, gagnons le pari de 2013.

 

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

Togoportail, site primé Meilleur Journal en ligne en 2012 au Togo

Advertisement