pub
Politique

Les nouveaux députés togolais se frottent avec les réalités de leurs fonctions

Advertisement

Les 91 députés de l’Assemblée nationale pour bien mener leurs fonctions sont depuis quelques temps en formations sur différentes thématiques.

 

La première des séries de formations est celle relative à l’équité genre. Représentants le peuple, les honorables togolais ont suivi une sensibilisation sur la thématique du genre. « La présente journée se veut un cadre de réflexion et d’échanges pour que les honorables députés s’imprègnent collectivement de la problématique du genre et de ses implications pour la égalisation des aspirations du peuple togolais pour un mieux être économique et social et politique », s’est félicité la ministre de la Promotion de la Femme, Dédé Ahoéfa Ekoué.

 

Tout porte à croire que la proportion des femmes dans les sphères de prise de décision évolue au Togo. Selon certaines estimations, « de 2005 à 2013 une progression de 13% à 20,68% de femmes au gouvernement et de 7,4% à 15,38% à ‘assemblé nationale », a-t-elle ajouté. La formation des députés sur l’équité genre a été financée par par la Banque Africaine de Développement (BAD). Le président de la République, Faure Gnassingbé, a trouvé judicieux d’accorder une importance aux rôles des femmes. Dans son discours à la veille de l’année en cours, il a dit que le développement ne peut être intégral et total que s’il s’appuie  sur « le progrès social qui passe par les valeurs d’égalité, de justice sociale, d’équité. Egalité entre les hommes, quelles que soient leurs appartenances ethnique, politique, culturelle et religieuse mais aussi égalité entre l’homme et la femme ».

 

Il a jouté par ailleurs que « Nous devons dans cette perspective créer un cadre adéquat pour libérer tout le potentiel de la femme togolaise. L’heure est en effet venue d’aller encore plus loin dans les mutations sociales que notre pays a choisi d’opérer pour donner toutes les chances à l’épanouissement de la femme togolaise ». Et pour y parvenir, il a annoncé qu’un projet de loi «  sera soumis à l’Assemblée nationale à brève échéance, en vue d’instaurer la parité hommes et femmes pour les candidatures aux fonctions électives ».

Ce ne serait pas facile vu les poids de la tradition et des préjugés dont elles font face. Mais tout le monde s’accorde à dire qu’une fois que les réformes nécessaires dans le domaine seront faites, c’est «  la voie pour  l’émergence d’une vraie société plurielle, plus moderne et débarrassée des pesanteurs du passé ».

 

L’autre formation dont les députés ont suivi avec application est la lecture du budget. C’est un domaine primordial et auquel les élus du peuple doivent maîtriser pour pouvoir débattre et accorder de l’importance au domaine prioritaire.

 Les députés ont suivi  une formation de deux jours pouvant leur permettre de renforcer leurs capacités en lecture et examen du projet de loi de finances. Le projet de loi de finances ou budget élaboré par le gouvernement, est examiné et adopté par les députés. Cette formation est assumée par le Centre autonome d’études et de renforcement des capacités pour le développement au Togo (CADERDT). Ce Centre est une structure initiée par le gouvernement togolais avec l’appui de la Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF).

 

Selon son Directeur exécutif, Kako Nubukpo, cette formation permettra aux députés de maîtriser les principes budgétaires, afin qu’ils sachent qu’à tout moment, ils peuvent contrôler l’action du gouvernement notamment  l’examen de la loi de finances initiale, l’évaluation à mi-parcours et l’évaluation en fin d’exercice. « L’idée, c’est que notre budget examiné par les députés, puissent être en phase avec ses axes du point de vue d’une cohérence accrue de nos politiques publiques », a souligné M. Nubukpo, également ministre auprès de la Présidence de la République, chargé de la Prospective et de l’Evaluation des Politiques publiques.

 

Pour le président de l’Assemblée nationale, Dama Dramani, il s’agit pour eux  de s’assurer que les ressources publiques existent et vont être utilisées dans l’équité pour la réalisation des objectifs de développement du pays.  « Il s’agit par conséquent de s’assurer qu’ils ne se sont pas trompés en donnant leur quitus au programme d’action présenté par le chef du gouvernement avant son entrée en fonction », a-t- précisé.

 

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

Togoportail, site primé Meilleur Journal en ligne en 2012 au Togo

Advertisement