pub
International

La situation post-électorale Guinéenne fait peur

Advertisement

Des Guinéens redoutent un certain prolongement  de la crise surtout avec la polémique constatée autour  des résultats provisoires du scrutin législatif.

 

Pour un aide-soignant, il est fort probable que la situation ne s’enlise. Car selon lui, l’opposition réitère sa demande portant sur la reprise du vote, et la mouvance ne semble pas entendre les choses de cette façon. Il suffit de suivre les échanges entre les deux camps par presse interposée, pour mesurer la gravité de la situation. Avis  partagé par Bocar Sy, travaillant dans le secteur de l’immobilier. Cet homme qui a roulé sa bosse dans plusieurs pays étrangers, notamment en Europe craint que la situation ne dégénère en affrontements, entre partisans du pouvoir et de l’opposition, en cas de manifestations de rue.

Les habitants de la capitale ont été souvent confrontés à cette situation. Quand on sait que le régionalisme s’invite généralement dans le débat politique guinéen. La psychose est perceptible dans les milieux scolaires aussi, vu la faible affluence des élèves dans les écoles, depuis l’ouverture des classes le 3 octobre dernier.

 

Une situation monocolore et monocorde  chez de nombreux commerçants, qui ont baissé le rideau de fer de leurs commerces, depuis le 28 septembre, date du scrutin législatif. Eux aussi disent agir ainsi pour protéger leurs marchandises contre d’éventuels “pillages“, en cas d’émeutes.

Pour l’heure, des voix s’élèvent toutefois pour appeler les acteurs politiques à la retenue, les invitant à privilégier la voie du dialogue. C’est le cas notamment d’un groupe de sages de la capitale qui a invité mardi dernier la classe politique à se départir de toutes velléités bellicistes, afin d’épargner à la Guinée des violences aux conséquences “incalculables“.

 

Firmin Teko-Agbo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Togoportail, site primé Meilleur Journal en ligne en 2012 au Togo

 

Advertisement