pub
Politique

Crise à l’UFC : Le chaos s’invite dans la maison

Advertisement

La crise qui secoue actuellement le parti de l’Union des forces de changement malgré qu’elle soit prévisible rentre dans une nouvelle phase. Les uns et les autres s’accusent mutuellement. Lire la déclaration sans concession de Djimon Oré et ses camarades sur les crise qui mine le parti aux couleurs jaunes.

 

 

Lomé, le 19 octobre 2013

A

Monsieur le 1er Vice-président de l’UFC

El Hadj BOURAIMA- DIABACTE Amadou Brim.

Objet : Lettre-réponse

 

En réponse à votre lettre en date du 16 octobre 2013 convoquant une réunion extraordinaire du Bureau Directeur de l’UFC, nous, membres statutaires dudit Bureau et membres du Comité de Réflexion pour le redressement du parti, tenons à vous faire observer ce qui suit :

 

1- A la lumière du contenu du courrier, il ne s’agit pas d’une réunion extraordinaire mais plutôt un procès organisé contre trois (03) membres du Bureau par le Président National, juge suprême.

 

2- Aucune disposition statutaire de notre parti ne fait mention de pareille initiative entre différentes parties de notre bureau.

 

3- Depuis le 12 août 2010, date de la tenue du congrès extraordinaire qui a mis en place le présent Bureau Directeur, soit trois (03) ans déjà, le Président National n’a jamais convoqué ni présidé les réunions du Bureau. C’est dans son salon qu’il décide de tout pour tous.

 

4- Maintenant, reconnaissez-vous l’existence du Bureau Directeur qui doit siéger pour des décisions à prendre engageant la vie du parti ?

 

Si oui, pourquoi le Président National a-t-il prit sur lui-même, sans avoir réuni le Bureau Directeur de décider ou de forcer la représentation du parti au gouvernement contre la volonté de la base ?

 

5- Justement, le communiqué que notre comité a fait diffuser le 16 septembre 2013, dénonce l’absence de débats au sommet du parti. C’est ce qui justifie d’ailleurs les sorties médiatiques des responsables que vous voulez condamner.

 

6- Toute action véritablement responsable devrait être orientée vers la résolution de la crise que traverse le parti ces derniers mois, liée à la débâcle électorale et à l’entrée forcée de ses représentants au gouvernement.

 

7- Alors, faire semblant d’ignorer le conflit larvé en interne par des diversions de méthodes ubuesques plongera à coup sûr le parti dans un conflit ouvert.

 

8- De quels intérêts du parti faites-vous mention dans votre courrier que les sorties médiatiques de certains responsables mettraient en péril ?

 

Entre des responsables du parti préconisant le bilan du partenariat UFC/RPT/UNIR, avant le oui ou le non à la présence de l’UFC au gouvernement d’une part, et ceux qui sont préoccupés par leurs intérêts personnels parce que n’ayant personne sur leur conscience en dehors du cercle étroit de leur existence d’autre part, les intérêts du parti constituent-ils l’objet de préoccupation ?

 

Au regard des manquements graves à votre démarche qui vise le chaos pour le parti ce qui vous arrangerait justement, nous, cadres préoccupés par sa survie ne pouvons pas répondre à votre invitation qui frise la provocation.

 

Cependant, sommes-nous disponibles et ouverts à toutes autres initiatives de dialogue vrai, après retrait sans délai des personnalités du parti unilatéralement envoyés au gouvernement. Ce n’est qu’à ce seul prix que nous pouvons ensembles sauver le parti et pour les générations à venir.

Tout en vous souhaitant bonne réception et bonne compréhension de la présente correspondance, veuillez transmettre au Président National nos militantes salutations.

 

ABLODE ! ABLODE ! ABLODE !

Ont signé :

3e Vice-Président, Djimon ORE

5e Vice-Président, Nicodèm Ayao HABIA

2e Trésorier Général-Adjoint, Gbéya TSIMESSE

Conseiller Théophile ADJANGBA

 

 

 

 

DÉCLARATION DU COMITÉ DE RÉFLEXION POUR L’ALTERNANCE DÉMOCRATIQUE AU TOGO (CRADT) SUR LA CRISE AU SEIN DE L’UNION DES FORCES DE CHANGEMENT (UFC)

 

I/ LA CRISE DE 2010

L’UFC a connu en 2010, sa première crise marquée à la fois par la scission et l’entrée au gouvernement.

Les militants qui sont restés dans le parti ont soutenu la démarche d’apaisement politique entreprise par le Président National ayant débouché sur la signature de l’accord du 26 mai 2010.

Il faut rappeler qu’autour du Président National, on notait la présence :

-des anciens membres du Bureau National,

-des députés (07, puis 16 par la suite) de la législature d’alors,

-des responsables de fédérations du parti, (33 sur 40)

-des cadres de la diaspora de retour au pays,

-des membres de la famille du Président National,

-des jeunes et femmes, sympathisants ou militants.

Le congrès du 12 août 2010 a mis en place une équipe d’une trentaine de membres appelée Bureau Directeur avec Mr Gilchrist OLYMPIO, Président National du parti.

Au sortir du congrès, le projet de réorganisation des fédérations a été confié au 3éme vice-président, Mr Djimon ORE, qui, appuyé par des cadres et militants du parti a transformé le projet en réalité avant même la fin de l’année 2011.

Dès lors, le parti devrait prendre de l’envol et retrouver ses lettres de noblesse.

Malheureusement, il faut le dire, le Président National n’a pas réussi à développer un leadership efficace et efficient.

Très tôt, l’équipe s’est stratifiée : il y avait donc,

.le groupe de ceux qui se donnaient à fond en toute bonne foi pour la réussite du parti,

.le groupe des fourbes, anarchistes, tribalistes, opportunistes préoccupés chacun, par son intérêt personnel.

.le groupe des passifs, qui ne se retrouvaient en rien.

En effet, le Président National par manque de bonne gouvernance s’est accoquiné avec ceux du 2éme groupe. Conséquence ; il n’y a que des généraux sans troupe faisant la pluie et le beau temps autour du maréchal.

Ainsi le parti a navigué à vau-l’eau, sans politique clairement définie jusqu’aux élections législatives aux résultats catastrophiques pour l’UFC.

 

II/ Partenariat RPT/UNIR/UFC

L’accord du 26 mai 2010 en soi a été une bonne chose dont les aspects positifs sont entre autres :

-l’apaisement politique marqué par La reprise pleine et entière de la coopération avec le Togo qui retrouve sa place au sein du concert des nations.

– la relance économique marquée par l’ouverture des grands chantiers : quai, aéroport, routes (Lomé en particulier), modernisation de la TVT etc.

-le recensement général de la population et de l’habitat en novembre 2010 dont les résultats jugés fiables ont servi à l’augmentation du nombre de sièges au parlement et permettent aux partenaires de pouvoir intervenir efficacement dans les actions de développement du pays.

-l’amélioration du découpage électoral, donnant lieu à l’augmentation du nombre de députés à l’assemblée nationale (81 à91).

La participation de l’UFC à l’action gouvernementale dans le cadre dudit accord a énormément et efficacement contribué à l’effectivité des résultats cités ci-dessus.

Cependant le parti en sort perdant à causes des faiblesses internes et la mauvaise foi du partenaire.

En réalité, outre la nomination des sept (7) ministres, le reste de l’accord a été abandonné et pourtant un comité de suivi présidé par le Président National de l’UFC était en place. Nous pouvons citer entre autres points de l’accord non respectés, la nomination d’ambassadeurs, de Directeurs Généraux (DG), Directeurs Généraux Adjoints (DGA), Directeurs Centraux (DC) et autres allant dans le sens du partage de pouvoir. Tout ceci a été refusé.

Mêmes les ministres Ellioth OHIN et Bakalawa FOFANA qui étaient respectivement aux affaires étrangères et aux sports et loisirs n’ont pas été autorisés à faire nommer leurs directeurs de cabinet jusqu’à la fin.

 

La politique de réduction des disparités régionales pour un développement économique harmonieux du pays n’est pas encore de mise. Pire les dites disparités s’accentuent, les cas de l’Est-Mono, l’Akebou et autres édifient à plus d’un titre. Toutes les démarches menées et propositions faites par certains ministres de l’UFC pour que des actions significatives surtout en matière de désenclavement soient engagées par le gouvernement dans les zones oubliées du pays ont été vaines.

Même le projet de mise en valeur de la vallée de l’Oti initié par le président National, jusqu’à ce jour, n’est pas encore accepté formellement par le gouvernement.

Les réformes institutionnelles et constitutionnelles n’ont pas été véritablement entamées.

 

Tous les points et aspects de l’accord qui n’ont pas été respectés sont voulus par le pouvoir qui a su profiter des faiblesses de la direction de l’UFC et du manque de fermeté du Président National, président du comité de suivi.

Conclusion, l’application de l’accord est largement en dessous des attentes des militants du parti en particulier et du peuple togolais en général, ce qui a valablement servi d’arguments aux détracteurs qui ont réussi à décrédibiliser ledit partenariat.

 

III/ l’UFC dans la marche vers les législatives du 25 juillet 2013

 

Le processus électoral enclenché avec précipitation dans le second trimestre de l’année a reçu le feu vert de l’UFC par la voix du Président National mais sans l’avis réel de la base. Il s’est contenté de tenir pour parole d’évangile les propos du vice-président de la CENI, paradoxalement au service du parti au pouvoir au détriment des intérêts de son parti. Il s’agit de Mr. Jean Claude Homawo qui, dans son rôle trouble avait tenté de convaincre le Président National comme l’exigeait le pouvoir à accepter le chiffre 83 soit seulement 2 sièges de plus pour le grand-Lomé dans le cadre des discussions relatives au découpage électoral. Ce que nous autres avions refusé dans le temps et heureusement, le Président National, au moins cette fois-ci nous a écoutés et avec la fermeté de nos députés, le chiffre 91 est finalement retenu.

 

Il faut rappeler qu’à la veille du démarrage du recensement électoral, un comité de suivi dudit processus a été mis en place par le gouvernement, à son siège, sous la présidence effective du premier ministre. L’UFC y était représenté par MM. François Galley et Djimon Ore. Au cours des travaux, la plupart des positions qu’ils ont eues à exprimer entraient en contradiction avec celles de J.C. Homawo, vice-président de la CENI, complice du président national du parti, très en phase avec sa présidente et la délégation gouvernementale. Parfois les débats étaient houleux, c’était en présence des représentants des partenaires comme : l’UE, le PNUD, l’Ambassade des USA et la Francophonie.

 

Sur le plan interne ; les structures de base de l’UFC, fédérations, sections et sous-sections abandonnées à elles-mêmes (absence d’encadrement, d’appuis financiers et matériels) n’ont pas pu véritablement mener des activités politiques de fond par rapport à l’image du parti. Pire le trafic d’influence de certaines personnes de l’entourage immédiat du Président National a engendré dans certaines fédérations les frustrations et désordre accentués par la constitution fantaisiste des listes de candidats du parti notamment dans les circonscriptions électorales : Grand-Lomé, Haho, Kloto-Kpélé, Lacs-Bas-Mono et autres au mépris des réalités du terrain.

 

Le processus de choix des candidats pour les listes du parti a été mené d’une façon chaotique par le Président National qui s’est appuyé sur des personnes n’ayant aucune connaissance des réalités du terrain : Christian Dablaka, Johnson André, Christelle Petit et Jean Claude Homawo. C’est ce dernier qui a fait invalider la liste du parti dans Dankpen en positionnant un garçon n’ayant pas l’âge requis contre la volonté des responsables de la fédération concernée .Les fédérations citées plus haut en ont fait les frais.

 

Parlant de la campagne proprement dite, le Président National a nommé Mr Christian Dablaka, directeur de campagne. Qu’est-ce que la direction nationale de campagne a pu faire organiser ? Rien de bon. Aucun plan de communication, aucun encadrement des candidats d’ailleurs mal choisis pour la plupart, moyens financiers et matériels très dérisoires. Comment peut-on donner cinq cent mille francs (500.000 cfa) par circonscription électorale et 100 teeshirts pour faire la campagne alors que les ressources dont dispose le parti pouvaient permettre d’appuyer les candidats avec au moins un million (1.000.000fcfa) par siège soit quatre-vingt onze millions (91.000.000fcfa). Faute de moyens, les candidats pour la plupart n’ont pas pu prendre en charge ni les membres des bureaux de vote ni leurs délégués abandonnés à la merci de l’achat de conscience.

 

Voilà les conditions dans lesquelles nos candidats ont été largués dans la bataille électorale face à ceux du parti au pouvoir dotés de tous les moyens d’une part et ceux des autres partis de l’opposition qui n’ont que pour message à l’endroit de l’électorat le dénigrement, l’assimilation : UFC/UNIR de l’autre. Il faut reconnaitre que c’était une bataille de pot de terre contre pot de fer.

 

Tout cela frise le sabotage interne savamment planifié.

Conséquence : seulement 3 sièges à l’Assemblée Nationale. Résultats catastrophiques : 3 sièges sur les 91 obtenus grâces aux efforts individuels et collectifs dans les fédérations concernées.

 

 

 

IV/ PERIODE POST ELECTORALE

A/ Sur le plan interne

 

Un comité de crise de six membres, après la proclamation provisoire des résultats par la CENI, a été proposé et accepté par le Président National dont les membres sont : Brim DIABACTE, Djimon ORE, Sambiani DJIMONGOU, François GALLEY, Chritian DABLAKA et André JONHSON. D’entrée, le président a indiqué clairement (comme instruction) que l’UFC, pour le moment, ne peut pas tourner dos au pouvoir en place. Pas de débat là-dessus. Le cahier de charge du comité est ainsi libellé : le contenu du nouveau partenariat avec le parti au pouvoir à redéfinir, la communication de crise et la refondation du parti. Evoquons seulement ce qui s’est réellement passé au sujet du premier point du cahier de charge.

 

B/ Nouveau contenu de partenariat avec le parti au pouvoir

La redéfinition du partenariat avec le parti au pouvoir s’imposait. Un document de travail a été élaboré par le comité. Il a été présenté par M. Djimon ORE lors de la rencontre : émissaire du pouvoir et délégation du parti sous la présidence effective du Président National dans son salon le 10 août 2013.

Entre autres éléments du document, le soutien des députés de UNIR est explicitement sollicité pour la formation du groupe parlementaire UFC.

 

L’émissaire du pouvoir après échange sur le document à promis rendre compte à sa hiérarchie, partant de cela les discussions formelles devraient être engagées entre les deux parties afin de déboucher sur un nouvel accord, l’autre étant caduc.

NB : Malheureusement, ladite rencontre est la première et la dernière jusqu’à la formation du gouvernement.

Après la proclamation définitive des résultats par la cour constitutionnelle, l’UFC devrait rendre public son communiqué portant sur les élections du 25 juillet 2013. Le Président National a catégoriquement rejeté tous les manquements ayant entaché l’honnêteté du scrutin et contenu dans le communiqué au motif de ne pas blesser UNIR alors que pendant la campagne électorale, le partenaire s’est copieusement moqué de l’UFC.

C /- 20-août 2013 : Installation de la nouvelle Assemblé Nationale

 

Alors que le Président National était à Paris en France, le bureau d’âge constitutionnel, devrait faire élaborer et adopter le nouveau règlement intérieur de la nouvelle législature dans un délai de deux (2) semaines au plus.

Et bien, la commission spéciale mise en place à cet effet était composée de neuf membres ; UNIR : 05 ; CST : 02 ; AEC : 1 ; UFC : 1.

 

Au cours des travaux, l’article 26 alinéa 3, a été le point de discorde d’autant plus que cela concerne justement le seuil de formation du groupe parlementaire. Le député de l’UFC, Djimon ORE, qui y siégeait à la demande de ses deux autres collègues, a formulé la proposition de « trente unième » catégoriquement rejetée par ceux de UNIR, pour qui le « dixième » est la meilleure proportion devant être retenue.

 

Après compte rendu au reste des députés UFC, il a été décidé que le Président National soit sollicité pour son intervention auprès du sommet de UNIR étant entendu, que le document de travail remis à l’émissaire du pouvoir en fait cas.

C’était le 23 août 2013, le Président National a rassuré par téléphone les députés du parti qu’il ferait le nécessaire avant la plénière de l’Assemblé Nationale prévue pour le 26 août 2013.

L’attente des trois élus a été vaine. Le jour J, après un débat houleux, les députés de la majorité ont voté leur proposition (1/10ème). Conséquence, l’UFC et même Arc-en-ciel ne peuvent plus former leur groupe parlementaire respectif.

 

NB : Curieusement, le lendemain après coup, le Président National appela le député Djimon ORE lui signifiant que face à la situation, les trois (3) députés n’ont qu’à rejoindre le groupe UNIR au parlement pour fusion.

Mr Elioth OHIN a été mis à la trousse des Députés du parti pour ce faire.

 

A la suite de ce refus, le Président National a été obligé de faire profil bas reconnaissant l’indépendance des trois (3) députés au parlement (non inscrits) par un email envoyé au 1er Vice-président, Brim Diabacté.

 

D/- Formation du bureau de l’assemblée nationale.

Lundi 02 septembre 2013, à la suspension des travaux le dernier jour du délai constitutionnel , au cours des tractations entre les premiers responsables des différentes tendances politiques représentées au parlement, le député Dama Dramani de UNIR a pris contact avec son collègue Brim Bouraima-Diabacté de l’UFC au sujet des postes de 2è secrétaire et 2è questeur parlementaires pour lesquels les députés du parti pouvaient postuler. Pour ne pas servir de faire valoir dans le bureau, les 3 députés ont rejeté l’offre. C’est pourquoi ils se sont abstenus au cours du vote de l’élection des membres du bureau.

Dans la soirée de ce lundi le Président National regagna Lomé en provenance de Paris. Dans le cours normal des choses, le comité de crise (06), devrait être convoqué pour entamer les discussions avec l’autre partie en vue de la conclusion d’un nouvel accord de partenariat UFC/UNIR qui devrait se poursuivre sur la décision du Président National. Mais aucune réunion ne s’est tenue jusqu’à la formation du nouveau gouvernement le 17 septembre 2013.

 

Et pour cause, le Président National à préféré recevoir seul, l’émissaire du pouvoir, consulté son entourage familial, ses copains, puis décida contre toute attente d’envoyer sans conditions, trois (3) cadres du parti dans le gouvernement. Les démarches individuelles d’autres cadres pour le dissuader ont été rejetées. Autant de questions restées sans réponses claire. Pourquoi envoyer au gouvernement des cadres du parti quelque soit le nombre sans aucun accord ni avis de la base comme ce fut le cas en 2010 ? Est-ce une fusion tacite avec UNIR ? Quels doivent être les arguments politiques à développer sur le terrain pour convaincre d’abord les sympathisants et militants du parti et ensuite le peuple ? Le parti pourra t-il dans ces conditions présenter des candidats aux prochaines élections locales et présidentielle ? Et ce sera pour obtenir quels résultats ?

Le parti UFC est il alors membre de la majorité présidentielle ou de l’opposition ?

 

Est-ce normal que les militantes et militants engagés dans la lutte pour l’alternance démocratique pacifique, après tant d’années de sacrifices consentis se retrouvent dans le bloc du parti qui est au pouvoir depuis un demi-siècle ?

La jeunesse du parti grande perdante verrait-elle ainsi son sort scellé à l’autel d’intérêts personnels de ses ainés ?

Est-ce l’amorce du processus de retour au monopartisme, ou au despotisme éclairé au Togo ?

 

Dans tous les cas, ne voulant pas subir le cours des évènements sans agir, avaler la pilule de la compromission du Président National et ses acolytes, être complice devant l’histoire d’un quelque soutien aveugle à la dictature séculaire en voie de s’établir dans notre pays, le groupe de réflexion des cadres pour le redressement du parti a préféré devancer les évènements par la publication du communiqué du 16 septembre 2013 pour dénoncer ce qu’on peut clairement appelé « complot contre la démocratie au Togo », prenant ainsi à témoin le peuple togolais.

Par la suite, l’agissement de quelques griots, hypocrites, irresponsables, mégalomanes autour du Président National tend à faire croire autre chose à l’opinion. Rien ne peut changer notre détermination à poursuivre le combat pour la vraie démocratie au Togo. Nous ne sommes pas des aigris mais plutôt des militants chevronnés, lucides qui en toute bonne foi travaillons pour le repositionnement de l’UFC sur l’échiquier politique national par rapport à l’impérieuse lutte pour l’alternance démocratique, gage du vrai développement du Togo.

Militantes et militants, notre parti que nous avons tous construit, deux décennies durant, au pris de mille sacrifices pour lequel certains malheureusement en ont payé de leur vie, est en voie de disparition parce que vendu comme une entreprise privée. Il nous appartient alors de nous armer du courage pour le récupérer et le reconstruire par tous les moyens. Disons « non » à la compromission, à la résignation, mais « oui » à la résilience, à l’audace de tenir une conviction dans l’espérance d’un Togo nouveau.

 

C’est pour cela que nous lançons un appel pressant à vous tous, où que vous soyez, de rester mobiliser pour la poursuite de la lutte au côté des autres forces démocratiques de notre pays.

« Que viennent les tyrans, ton cœur soupire vers la liberté ».

Ablode ! Ablode ! La lutte continue !

Fait à Lomé, le 20 octobre 2013.

Pour le Comité de Réflexion pour l’Alternance Démocratique au Togo (CRADT)

Le Coordinateur

 

 

Djimon ORE,

Député à l’Assemblée Nationale

Advertisement