pub
Politique

TOGO/ Législatives du 25 juillet : UNIR promeut l’équité genre en faisant enter plus d’une dizaine de femmes au parlement

Advertisement

Pour la première fois de l’histoire politique du Togo, le jeune parti Union pour la République (UNIR), a réussi l’exploit de faire entrer plus d’une dizaine de femmes à l’hémicycle, à l’issue des dernières élections législatives du 25 juillet. Les barrières apparemment infranchissables qui empêchaient les femmes d’accéder aux plus hautes fonctions politiques au Togo sont ainsi en train de tomber aussi vite que le mur de Berlin.

 

On se souvient dans son discours de vœux à ses compatriotes, que Faure Gnassingbé a promis la parité homme-femme dans la prochaine Assemblée nationale. Des mêmes des lois se préparent pour la rendre obligatoire. Dans les faits, cela s’est révélé vrai avec les législatives du 25 juillet dernier.

« Nous avons l’impérieux devoir de réussir ces élections afin de poursuivre dans la sérénité, les grandes réformes politiques et économiques dont notre pays a besoin pour favoriser son ancrage démocratique ainsi que le progrès social.

Mais pour réaliser pleinement cet ancrage, la démocratie togolaise doit impérativement s’appuyer sur le progrès social qui passe par les valeurs d’égalité, de justice sociale, d’équité.

Egalité entre les hommes, quelles que soient leurs appartenances ethnique, politique, culturelle et religieuse mais aussi égalité entre l’homme et la femme.

Nous devons dans cette perspective créer un cadre adéquat pour libérer tout le potentiel de la femme togolaise. L’heure est en effet venue d’aller encore plus loin dans les mutations sociales que notre pays a choisi d’opérer pour donner toutes les chances à l’épanouissement de la femme togolaise  ». avait-il annoncé dans son discours de voeux à la Nation en début d’année.

 

Pour mettre en pratique les termes de ce discours, Union pour la République a positionné des femmes candidates dont certaines en tête de liste, lors des dernières législatives que vient de vivre le Togo. Onze des candidates UNIR viennent d’être élues pour siéger au sein de la prochaine Assemblée nationale du Togo.

Il s’agit de : KOLANI–Yobate (Tandjouaré), TELOU Mila-Bellè Epse BELEI (Kozah), TIGNOKPA Ayawovi Demba (Bassar), IBRAHIMA Mémounatou (DANKPEN), GNAKOUAFRE Amba Sabia Suhn-badu (Blitta), AMENYO Afi Ntifa (Agou), TSEGAN Yawa Djigbodi (Kpélé-Kloto), DOGBE – TOMEGAH Sidemeho Djidudu (Vo), SEWOA Adjoa Makafuwo Sépopo (Zio), DAGBAN Ayawavi Djigbodi (Grand Lomé) et LEGZIM-BALOUKI Essossimna (Grand Lomé).

 

Pour certaines d’entre elles le parti du président Faure Gnassingbé les fait émerger de l’anonymat. Pour d’autres, elles étaient déjà connues de par l’importance des postes qu’elles avaient occupés ou occupent encore. Quoi qu’il en soit, les candidates d’UNIR ont brillamment réussi à se tailler une bonne dans cette nouvelle force politique qu’est leur parti et montrent définitivement qu’être une candidate femme n’était plus un handicap aux yeux des électeurs. Une hypothèse qui avait encore le vent en poupe, il y a une décennie par là.

 

Aujourd’hui plusieurs théories, et non des moindres, prônent que les femmes gouvernent mieux que les hommes. Elles appellent souvent à une gouvernance qui donne une place de choix à l’équité genre, en vue d’une société moderne stable, juste et équilibrée. UNIR qui se veut un parti politique moderne n’en pouvait pas meilleure démonstration, en positionnant déjà plusieurs dizaines de femmes sur ses listes.

 

Au Togo, Il est vrai que des femmes avaient déjà progressé à la tête des ministères, d’institutions stratégiques, dans les organes législatifs. Mais leur présence aussi accrue au parlement, n’a été jamais été noté. Et cela suffit désormais à lever tous les doutes sur leurs possibilités d’ascension, car le législatif, bien qu’ayant beaucoup moins de pouvoir que l’exécutif et sa composition reste déterminant dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques de développement.

 

Le président Faure a donc tenu à sa parole quand il précisait dans son discours que : « dans cette optique, et comme je l’ai déjà annoncé, un projet de loi sera soumis à l’Assemblée nationale à brève échéance, en vue d’instaurer la parité hommes et femmes pour les candidatures aux fonctions électives. Si nous réussissons cette réforme majeure, nous aurons ainsi balisé la voie pour l’émergence d’une vraie société plurielle, plus moderne et débarrassée des pesanteurs du passé  ».

Poursuivant, il déclarait-il à l’endroit des femmes que  : « cette réforme s’appliquerait aux prochaines élections législatives et locales en vue de renforcer la présence des femmes au sein de la Représentation nationale et dans les conseils municipaux. Dépouillée des déséquilibres sociologiques et culturels qui remontent à la nuit des temps, ces instances n’en seront que plus représentatives et plus aptes à apporter des réponses adéquates aux grands défis de l’heure  ». Le chef de l’Etat a donc tenu à sa parole et ceci grâce à l’adhésion de la population votant à cette approche.

 

Il est clair maintenant que la parité au pouvoir n’est qu’une question de temps, et ce grâce à une politique de promotion mise en place et développée par UNIR. Donc, place à une Assemblée nationale où se mesurent plusieurs courants politiques mais également la parité genre. On peut ainsi se dire qu’une femme à la tête de prochain législatif togolais, ce n’est pas exclu. Se serait encore une première dans notre pays grâce à l’approche ‘’parité homme/femme’’ prônée par le chef de l’Etat.

 

Le mythe de la bonne dirigeante se nourrit de l’idée que les femmes favorisent davantage l’intégration, l’égalité et l’interaction, qu’elles encouragent la participation, qu’elles partagent le pouvoir et l’information, et qu’elles accordent davantage d’importance au relationnel. Alors, vivement l’heure de la femme togolaise au leadership féminin ou au leadership tout simplement.

 

La Rédaction

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Togoportail, site primé Meilleur Journal en ligne en 2012 au Togo


IMAGE_FEMME_UNIR_DEPUTE-2.jpg

Advertisement