pub
Culture

Réparation des conséquences de la 1ère Guerre mondiale : Le Palais Royal de Togoville réclame justice

Advertisement

Cela peut paraître oser voire absurde. Le Palais royal de Togoville réclame justice des conséquences subies par l’institution traditionnelle lors de la première Guerre mondiale. Une demande qui revient au cours de la commémoration de la 99è année de l’attaque du trône royal.

 

C’est à travers un courrier remis à Nicolas Wernery, ambassadeur de France au Togo lors de sa visite effectuée à la Maison du Togo le 19 novembre 2012 et dont Togoportail a copie. Dans cette correspondance, cela fait aujourd’hui 99 ans ( 9 août 1914 – 9août 2013) que la France et à la Grande Bretagne « ont commis des crimes de guerre contre le Siège Royal du Togo et son Peuple en prenant un « pays neutre » pour premier théâtre des atrocités de la Grande Guerre de 1914–1918, en violation des normes internationales et des droits élémentaires des peuples  ». Et par conséquence, le trône demande au Secrétaire général de l’Onu de l’aider pour que justice soit faite « Car l’Histoire du Monde est le Tribunal du Monde ».

 

Les conséquences de la première Guerre mondiale pour le trône royal sont importantes. « En effet, il y a 99 ans jour pour jour, soit dans la nuit du 8 au 9 août 1914, la France sans déclaration de guerre venait par son Armée à commettre des forfaits, à piller et incendier la Maison Royale du Togo, prenant ainsi possession d’un Etat indépendant ainsi qu’il est admis, reconnu et respecté dans le Concert des Nations, au moins depuis les Accords du 5 juillet 1884 et du 24 décembre 1885. La suite (le mois d’août 1914 et suivant) a été sanglante et menaçante en termes de batailles menées par les Forces militaires françaises et britanniques contre nos populations et hôtes », lit-on. Le courrier mentionne que les autorités togolaises sont au courant des effets dévastateurs de la guerre sur le royaume. Le défunt président du Togo, Gnassingbé Eyadéma l’a reconnu lors de sa visite en déclarant que « L’Etat Togolais a une dette envers Togoville ».

 

Après avoir tout fait pour obtenir réparation des préjudices à lieu causés, la Maison royale trouve que seul Ban Ki-Moon pourrait œuvrer en guise de « devoir de mémoire pour ce qui est du cas du Togo  ». C’est pourquoi elle l’invite à s’employer pour « l’ouverture de discussions entre le Palais Royal de Togoville, les Institutions des Républiques ghanéenne et togolaise, la France, la Grande Bretagne et l’Allemagne pour que le droit soit dit et pour la refondation du Togo qui passe pour éternelle victime et qui tend à ne pas être considéré dans le rendez-vous du Centenaire  ».

 

Ametbao

Togoportail, toute l’information à votre portée

Togoportail, site primé Meilleur Journal en ligne en 2012 au Togo

Advertisement