pub
Politique

Législatives : “Le résultat obtenu dans la circonscription de Vo est une réelle prouesse (…) Les choses commencent à bouger dans le bon sens” (Mme Tomégah-Dogbé)

Advertisement

Les togolais étaient appelés aux urnes le 25 juillet dernier pour renouveler leur Parlement. Au total 91 étaient en “compétition” dans 30 circonscriptions. Selon les résultats provisoires de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), l’Union pour la République (UNIR, parti au pouvoir) a réalisé le meilleur score. Des exploits ont été réalisés dans certaines préfectures notamment celle Vo où Mme Victoire Tomégah-Dogbé (ministre du développement à la Base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes) a conduit la liste “UNIR”. Pour une première fois, ce parti a obtenu un siège dans cette préfecture, réputée fief de l’opposition. L’Agence Savoir News a rencontré Mme Tomégah-Dogbé. Lisez.

 

Savoir News : Quel sentiment vous anime, après les résultats provisoires donnés par la CENI ?

Mme Victoire Tomégah-Dogbé: C’est une expression de satisfaction parce que je me suis dit que le résultat obtenu dans la circonscription de Vo, est une réelle prouesse. C’est une prouesse parce que nous sommes dans une zone dite de l’opposition pendant des années, des dizaines d’années. Et quand on compare les résultats de 2013 à ceux de 2007, je crois qu’il faut se féliciter. Nous avons réussi à avoir un siège. Il y a quelques jours, quelques semaines, d’aucuns penseraient que ce n’était pas possible. Ce qui veut dire que dans notre Préfecture, les choses bougent. Les choses bougent dans le bon sens parce que les gens ont compris qu’il faut plus penser au développement, à l’action, bref à la reconstruction de notre Préfecture. C’est ça qui me réjouit. Je tiens à remercier toute l’équipe, tous les cadres, hommes et femmes, jeunes qui se sont battus pendant des mois pour montrer que, on peut avoir un esprit pour un Vo nouveau. Je tiens donc remercier les bonnes volontés. Le travail qui a commencé doit se poursuivre. Je tiens également à féliciter mes sœurs, mes mères, les jeunes et les cadres qui ont abattu un travail de titan sur le terrain. Je me réjouis du résultat. Je crois que les résultats obtenus sont le fruit du travail qui a été fait. Je suis heureuse et je tiens à leur dire bravo pour avoir su convaincre plusieurs milliers de nos compatriotes. Le message est bien passé. Il s’agit d’un message de paix et de développement.

 

Q : Quelles sont vos perspectives ? Est-ce qu’on pourra voir prochainement Mme Tomégah-Dogbé à l’Assemblée Nationale ?

R : Je suis quelqu’un qui adore le développement de proximité. J’aime beaucoup faire travailler les gens, faire en sorte que les gens puissent comprendre qu’ils ont beaucoup de choses à donner. C’est une passion pour moi. C’est un travail qui va se poursuivre. Pendant la campagne électorale, j’ai sillonné les hameaux, des fermes. J’ai écouté nos parents et j’ai remarqué l’intensité des besoins sur le terrain. Je prends la mesure de leurs attentes. Nous allons poursuivre le travail mais, ce ne serait pas moi seule qui vais le faire. C’est toute une équipe engagée, responsable qui travaille avec moi. Je le dis toujours : quand on n’est un élu du peuple, on doit penser aux intérêts du peuple et non à ses propres intérêts. C’est cela qui m’a motivée a encore accepter d’aller à cette députation et c’est ça qui va me motiver à poursuivre le travail. J’ai besoin de l’énergie de chacun, que chacune et chacun se sente concerné par la construction de notre Préfecture. J’ai besoin des jeunes, des cadres du milieu pour qu’ensemble, nous puissions réellement poursuivre le travail que nous avons commencé. Les besoins sont immenses : l’eau potable, l’électrification, les pistes rurales, les micro-crédits (pour nos mamans), et l’emploi des jeunes etc.

 

Q : Créer il y a un an, l’UNIR vient de réaliser l’exploit dans le Vo. Que retenir ?

R : Vous avez raison. L’UNIR, c’est un jeune parti, un parti crée il y un peu plus d’un an. J’avoue moi-même que je suis impressionnée par le résultat qu’UNIR a obtenu dans la préfecture de Vo. Quand on connaît l’histoire politique de la préfecture, je crois qu’UNIR a marqué un grand coup dans la préfecture. Et je crois que nos adversaires doivent se poser beaucoup de questions. C’est réellement une prouesse et je crois que, cela nous donne encore plus d’énergie pour avancer pour les prochaines échéances. Je suis certaine qu’à cette allure, on pourra totalement renverser la tendance dans la préfecture.

 

Q : Quel est votre message à l’endroit des populations de Vo, en qualité de tête de liste du parti UNIR dans cette localité ?

R : Je voudrais tout d’abord remercier tous ceux qui nous ont soutenus dans ce parcours. C’est un parcours de combattants qui a démarré depuis plusieurs mois déjà.

Le vote est une question de confiance et beaucoup d’entre eux ont reçu notre message. Ils ont cru en nous et nous demandent de continuer notre travail. C’est ça le message que moi j’ai compris. Je voudrais aussi rassurer les uns et les autres que nous avons compris leurs vraies préoccupations : le développement, la satisfaction des besoins fondamentaux qui passe par l’eau potable, la santé, l’éducation, les activités génératrices de revenus, les micro-crédits, l’emploi des jeunes, les pistes rurales. Partout où nous sommes passés, c’était le message de développement. Je voudrais rassurer tout un chacun que le travail que nous avons commencé, sera poursuivi avec beaucoup plus d’intensité. Ce n’est que par là que nous allons sortir notre préfecture de la pauvreté, ce n’est que par-là que nous pourrons assurer à chacun, un minimum : manger au moins chaque jour, se vêtir, boire l’eau potable, faire en sorte que nos jeunes quand ils finissent leur formation, ils puissent trouver un emploi décent.

Source: Savoir News

Advertisement