pub
Politique

Élections législatives du 25 juillet au Togo : la COA-Afrique estime le scrutin libre, transparents et équitable

Advertisement

Les organisations internationales réunies au sein de la Coordination des Observateurs Internationaux, des ONG et Associations Africaines (COA-Afrique) qui ont déployé dans la cadre des élections législatives du 25 juillet au Togo ont estimé samedi 27 juillet dans un rapport rendu publique que  les élections législatives du 25 juillet 2013 ont été libres, transparentes et équitables.

La coordination a tout de même formulé des recommandations pour les scrutins avenir.


Sur accréditation du Ministère des Affaires Etrangères, huit (08) organisations internationales réunies au sein de la Coordination des Observateurs Internationaux, des ONG et Associations Africaines
(COA-Afrique) ont déployé sur le terrain ses observateurs dans le cadre des élections législatives en République du Togo.

Cette mission a œuvré en étroite collaboration avec le Ministère des Affaires Etrangères, Ministère de la Sécurité, Ministère de l’Administration Territoriale, la CENI et la société civile togolaise qui ont affiché à notre égard toute leur disponibilité à nous fournir des informations nécessaires pouvant faciliter l’accomplissement de la mission.

Le 25 juillet 2013, jour du vote, nos observateurs se sont déployés sur toute l’étendue du territoire et ont observé les opérations conformément aux recommandations de la déclaration de principes pour
l’observation internationale d’élections adopté le 27 octobre 2001 sous l’égide des Nations Unies ainsi que les engagements pris dans la déclaration de Bamako en 2000 par les Etats Francophones pour la tenue d’élections libres et transparentes.


L’objectif général de la mission s’inscrit dans le cadre de la promotion des élections crédibles et de la bonne gouvernance en Afrique.

Il s’agit de :

•    Constater si les conditions nécessaires existent pour la bonne conduite des élections qui permettront au peuple Togolais dans son ensemble d’exprimer librement sa volonté et son choix ;

•    Vérifier si l’organisation des élections au Togo est en conformité avec les normes établies dans les principes de la déclaration de Bamako pour la gestion et la supervision des élections dans les pays
francophones ;

Il ressort des constats des équipes d’observation, ce qui suit :

–    La présence effective,  discrète et professionnelle des forces de sécurité ;

–    Le caractère multipartite du scrutin qui a vu la participation de
plusieurs listes de candidature ;

–    Une affluence assez remarquable au niveau de tous les bureaux de vote visités laissant présager un taux de participation très acceptable ;

–    La présence des membres de bureaux de vote de même que les représentants de certains partis politiques et coalitions ;

–    L’ambiance détendue et conviviale quasi générale ayant caractérisé
le déroulement des opérations électorales ;

–    La disponibilité du matériel de vote dans tous les bureaux visités
ainsi que le caractère indélébile de l’encre ;

–    Les urnes observées ont été correctement scellées, transparentes et
vides à l’ouverture ;


–    La garantie du secret de vote ;

–    Les dépouillements ont été effectués dans la transparence ;

–    La disponibilité des résultats pour les représentant des candidats présents et l’accessibilité en général de ceux-ci dans leur globalité par le public présent à l’issue de la phase de dépouillement et
d’agrégation qui s’est opérée selon les dispositions en vigueur sont autant de points observés qu’il convient à l’entendement de notre coordination de saluer en vue de promouvoir un climat de paix.

Nous, membre de la Coordination des Observateurs Internationaux, des ONG et Associations Africaines, ne pouvons passer en catimini sans saluer le dialogue inter togolais.

C’est pourquoi, nous remercions très sincèrement les principaux acteurs pour la réussite de ce dialogue, en l’occurrence, Mgr BARRIGAH, et Son Excellence Robert WHITEHEAD, Ambassadeur des Etats-Unis au Togo ; aussi le passage de leurs Excellences Messieurs Alasane Dramane OUATTARA Président de la République de la Côte d’Ivoire, Président en exercice de la CEDEAO et GOODLUCK JONATHAN, Président de la République Fédérale du Nigéria ; sans oublier la présence du Président de la Commission de la CEDEAO, Son Excellence Monsieur Kadré Désiré OUEDRAOGO, Son Excellence Monsieur Yimpene Djibril BASSOLE, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération du Burkina-Faso, représentant du facilitateur du Dialogue inter-togolais pour leur disponibilité et leur engagement pour avoir privilégié les rapports de dialogue et de concertation pour la résolution pacifique des différends. Ce qui témoigne une fois de plus que les africains sont désormais en mesure d’apporter les solutions idoines aux maux qui fragilisent l’Afrique.

Enfin, aucun acte de vandalisme et de violence grave n’a été observé
ni rapporté.

Cependant, nous avons noté quelques légères imperfections et insuffisances n’ayant aucun impact déterminant sur le bon déroulement des opérations de vote à savoir :

– la non assimilation des procédures de vote par certains électeurs ;

– la mise en place tardive et l’insuffisance du matériel électoral dans certains bureaux de vote ;

– la non maitrise du code électoral par certains agents des bureaux de vote.

La Coordination des Observateurs Internationaux, des ONG et Associations Africaines salue fraternellement les autorités politiques, administratives et électorales pour leur disponibilité,
leur coopération forte et instructive ainsi apprécie-t-elle l’implication du genre féminin dans les différentes étapes du processus électoral.

Elle profite de cette opportunité pour saluer le peuple togolais pour son calme, sa sérénité et le respect mutuel qui ont caractérisé toute la période de campagne et le jour du vote.

Au vu de tous ce qui précède, la Coordination des Observateurs Internationaux, des ONG et  Associations Africaines considère que les élections législatives du 25 juillet 2013 ont été libres,
transparentes et équitables.

Dans la perspective des scrutins à venir, la COA-Afrique formule les recommandations ci-après :

1.       A l’endroit des partis politiques

•    A tous les acteurs politiques de la vie togolaise, vivre dans la démocratie est le vœu de tous les hommes, c’est pourquoi sa consolidation nous incombe tous.


Ainsi, notre détermination doit nous permettre de construire aux prix de nos sacrifices  quotidiens, la quête du bonheur. Il nous faudra alors joindre à la volonté, le dialogue. Que personne ne dise que son acte n’aura aucune incidence sur la marche du peuple togolais vers la consolidation de la paix.


Non! plutôt, nous devons nous dire dans notre subconscient que chaque acte bien et sincère donne le sourire à quelqu’un quelque part. C’est en cela que nous deviendrons des Leaders plus influents et des citoyens plus responsables.


•    La COA-Afrique suggère aux partis politiques de renforcer la formation de leurs militantes et militants dans les domaines politiques, civiques et sur la citoyenneté afin de les rendre plus responsables et plus matures : ce qui évitera plus au Togo l’usage de la violence avant, pendant et après les joutes électorales.


2. A l’endroit de la société civile.

Elle doit continuer à garder sa neutralité et ne chercher que les conditions d’un bien-être du peuple togolais.

 

Cependant, nous l’exhortons à une veille citoyenne permanente.


3. A l’endroit du peuple togolais


Le peuple togolais doit toujours garder son calme, sa patience et sa vigilance autour des acteurs de la vie politique afin de ne pas tomber dans des manipulations pouvant remettre en cause la cohésion sociale.


APPEL

Vu l’attachement que le peuple togolais accorde au processus démocratique la Coordination des Observateurs Internationaux des ONG et Associations (COA-Afrique) salue avec respect

teinté d’admiration le civisme dont il a fait preuve lors de cette consultation
électorale.


La Mission encourage le gouvernement togolais, la classe politique, le peuple togolais et tous les acteurs impliqués à poursuivre le dialogue national engagé afin, que le Togo retrouve sa stabilité politique et sociale, gage de l’unité nationale.


Enfin, la Coordination des Observateurs Internationaux des ONG et Associations Africaines exhorte tous les acteurs politiques togolais à respecter non seulement le verdict des urnes  mais aussi et surtout à se conformer aux dispositions en vigueur en cas de contestations.

Fait à Lomé, le 27 juillet 2013

La Coordination des Observateurs Internationaux, Des ONG et Associations Africaines (COA-AFRIQUE)

JE VOUS REMERCIE

Hippolyte TOUDONOU                             Saïdou COMPAORE


 Coordonateur                          Vice Coordonateur et Porte Parole


  

Advertisement