pub
Société

Revendications sociales : Gouvernement et Syndicalistes ne sont pas encore parvenus à un accord!!!

Advertisement

Mercredi 05 juin, le ministre Octave Nicoué Broohm a rencontré les responsables de la Synergie des Travailleurs du Togo (STT). Les discussions de cette journée n’ont pas encore abouti à des accords acceptés par les deux parties. Une autre rencontre sera prévue le jeudi, le lendemain. Dans les faits, le gouvernement représenté par les ministres Octave Nicoué Broohm, Charles Kondi Agba, Noupokou Dammipi, Brim Diabacté, Legzim Balouki malgré les explications (sic), ne sera  pas parvenu à convaincre la STT à lâcher du leste.  Pourtant et selon les ministres des efforts ont été consentis par le gouvernement pour faire face à la crise. Il s’agit des dispositions pratiques prises par le gouvernement à savoir le collectif budgétaire adopté pour réduire le train de vie et les budgets des investissements de six milliards trois cent millions (6 300 000 000) FCFA. Pour ce faire, des mesures idoines ont été adoptées, entre autres l’augmentation des subventions aux produits pétroliers à hauteur de 20 milliards, la masse salariale qui a connu une augmentation de 10 milliards soixante onze millions (10 071 000 000) FCFA. Des dispositions et des offres du gouvernement qui sont jugées insuffisantes par les responsables de la STT. La délégation des travailleurs, composée de Gilbert Tsolényanou, Atchi Walla et Mme Nadou Lawson-Oloukounlé ont fait le point de la rencontre de la veille le lendemain au Centre Communautaire de Tokoin à la base.

 Sur les points de la plateforme revendicative, à savoir le doublement de la valeur indiciaire et la révision de la grille salariale, les responsables de la STT n’ayant pas obtenu gain compte contraindre le gouvernement par un autre mouvement de débrayage qui plane en l’air. Pour le moment, il se constate au niveau du gouvernement, une sorte de dilatoire dont le but est de gagner du temps. « Tout porte à croire que le pouvoir veut régler les problèmes à minima et compte sur ses modes opératoires de corruption et d’intimidations pour fragiliser le mouvement. Mais les travailleurs sont déterminés à arracher des mains du gouvernement l’accord. « Nous voulons un protocole d’accord bien signé, ont-ils crié lors de l’Assemblée générale extraordinaire tenue hier matin au Centre communautaire de Tokoin », explique un confrère. Ce même confrère conclut que la balle est dans le camp des autorités politiques.

Ce jeudi, les différents protagonistes étaient de nouveau en discussions. Déjà dans la matinée, la STT a eu à faire une Assemblée générale. Il était question d’informer la base de l’évolution des négociations avec le gouvernement. A la suite des discussions lors des travaux de ce jeudi après midi, des blocages ont été encore enregistrés ; les propositions avancées par la délégation interministérielle, ne sont pas acceptées par les responsables de la STT.

Certains n’hésitent pas à parler de la rencontre de la dernière chance tant les deux entités sont loin d’être tombées d’accords et les travailleurs exigeants. Une autre rencontre qui était prévue pour ce vendredi pour la poursuite des discussions entre le Gouvernement et la STT. Les discussions n’ont pas pu avoir lieu. Un agenda perturbé par d’autres urgences de l’Etat. On explique que les travaux ont été ajournés en raison d’un conseil des ministres qui a eu lieu au cours de la journée.

On espère que les discussions vont effectivement reprendre en début de semaine prochaine pour une issue définitive de la crise. Et le gouvernement et les responsables syndicaux doivent faire des concessions pour un aboutissement heureux des négociations.

La Rédaction

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Togoportail, site primé Meilleur Journal en ligne en 2012 au Togo

Advertisement