pub
Société

Vives échauffourées ce matin à la Poste d’Adidigomé, les membres des CLC de la CENI sortis massivement pour réclamer leurs primes.

Advertisement

L’ambiance n’était pas du tout de bon enfant ce matin à la Poste d’Adidogomé située sur la route de Kpalimé dans la banlieue Nord- ouest de Lomé. A l’origine, les membres des Commissions Listes et Cartes engagés par la Commission Electorale Nationale Indépendante pour le recensement électoral de la zone II réclament leur dû. Ils étaient des centaines à sortir leurs muscles ce matin pour réclamer le payement sans délai de leurs frais après des va-et-vient interminables entre la Poste d’Agoè et celle d’Adidogomé.

 
Sur place voici les propos de certains membres recueillis  par Blaise Akamé un confrère du site Togoenvogue :
 
« Hier soir nous étions ici à 14 heures comme prévu. Arrivés, on nous a dit d’attendre jusqu’à 16 heures, à 16 heures on nous a dit d’attendre jusqu’à 17 heures, à 17 heures on nous a dit d’attendre jusqu’à 18 heures. A 18 heures, on nous dit que ce sont les personnes ressources, les techniciens, qui doivent percevoir leurs sous. Les membres des Commissions des Listes et Cartes (CLC) doivent revenir le lendemain matin, c’est-à-dire aujourd’hui. Arrivés ce matin, on nous renvoie à la poste d’Agoe. C’est pourquoi nous aussi on a bloqué la route. Il y a d’autres qui ont déjà perçu leurs sous hier nuit. Nous, on nous fait attendre et on ne sait pas ce qui se passe », a laissé entendre un membre la CLC, qui a requis l’anonymat.
 
« Hier, ils ont payé les techniciens. Ils nous ont demandé de revenir ce matin, nous les membres des CLC. Arrivés, ils nous demandent de nous rendre à la poste d’Agoe. Nous voulons qu’Aguigah elle-même vienne nous dire si elle accepterait de travailler et de ne pas percevoir de paye », peste un autre.
 
« L’essentiel n’est pas de travailler. Celui qui travaille a droit à une rémunération. Nous avons fini on ne nous a rien donné. On a travaillé à Kohé dans le canton de Zanguéra. Nous avons fais 16 jours pour certains et 19 jours pour d’autres. Les montants journaliers qu’on nous a indiqués sont les suivants : 3000 Fr pour les membres, 3500 Fr pour les rapporteurs et 4000 Fr pour les présidents. En fin de compte, on doit toucher le montant équivalent à la catégorie multiplié par le nombre de jours de travail », précise pour sa part le président d’une CLC.
 
Il faut noter que la plupart d’entre eux sont rentrés dans leurs fonds en fin d’après midi avec une longue queue à la poste d’Adidogomé.
 
La Rédaction
 
 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Togoportail, site primé Meilleur Journal en ligne en 2012 au Togo

 

 

Advertisement