pub
International

TUNISIE: Bras de fer entre le chef de la Mouvance Salafiste et le Pouvoir Tunisien

Advertisement

La Tunisie en voie d’une nouvelle révolte. Le Chef de la Mouvance Salafiste-djihadiste est sur le point de préparer une guerre contre le Gouvernement. Ceci suite aux heurts entre agents de l’ordre et des groupes de Salfistes. Il accuse le pouvoir d’opter pour une politique qui ne répond “pas aux dispositions et consignes de la religion Islamique.”

Dans ses propos adressés aux Tawaghit, Abou Ladh fait savoir que ces Islamistes sont en train de commettre une grosse erreur qui les bascule prématurément dans la guerre.

Il faut souligner que Abou Iadh est recherché depuis l’année dernière et est désormais le numéro un de l’association “Ansar Chariaa” connue, selon la presse locale, comme l’un des organes les plus radicaux du salafisme- djihadisme (branche qui défend et s’engage dans la guerre sainte). Il fut soupçonné d’être impliqué dans l’attaque ciblant l’Ambassade des Etats-Unis le 14 septembre 2012.

Ajoutons que la réaction du leader des “partisans de la loi islamique” faisait suite à un bras de fer entre les salafistes-djihadistes liés à Al-Qaïda d’un côté et les forces de sécurités et l’armée nationale tunisienne de l’autre côté. Cette dernière mène actuellement une large opération de ratissage sur le front centre- ouest avec l’Algérie à la chasse d’un groupe de terroristes.

Pointant du doigt la Communauté internationale, Abou Iadh a fortifié sa tonalité face aux autorités tunisiennes. “Le soutien des Etats-Unis, de l’ Occident, de la Turquie et du Qatar ne vous sauvera pas la peau une fois les sabres se font entendre“, réagit Abou Iadh rappelant que ses “jeunes héros” se sont autant sacrifiés “au service de l’ Islam en Afghanistan, en Tchétchénie, en Bosnie, en Irak, en Somalie et en Syrie” qu’ils puissent le faire sur leur propre territoire précisément à Kairouan, une province du centre tunisien connue dans l’histoire pour être l’une des principales capitales de la civilisation islamique.

Signalons que la menace d’Abou Iadh de mener une guerre contre le gouvernement de son pays ne ferait que nourrir une spirale de violence à quelques jours de la tenue d’un congrès annuel des ” partisans de la loi islamique” prévue le 19 mai courant à Kairouan.

Le ministère tunisien de l’Intérieur avait conditionné l’organisation de ce congrès avec l’obtention d’une autorisation au préalable par les organisateurs ce qui est désormais le cas pour toute activité publique des partis et associations. Le Chef des partisans refuse d’obtempérer et incite les siens à tenir bon devant les ennemis et les amis.

Firmin Teko-Agbo

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Togoportail, site primé Meilleur Journal en ligne en 2012 au Togo

 

Advertisement