pub
Politique

Le Président Faure Gnassingbé à l’écoute des populations de quartiers vulnérables de Lomé

Advertisement

Ce lundi 27 mai à Lomé, une rencontre entre le chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé et les responsables des comités et associations de développement des quartiers de Lomé a eu lieu à la nouvelle présidence. Il est question au cours de cette rencontre, de faire le point sur l’évolution du Programme de Développement Communautaire dans les quartiers vulnérables de Lomé (PDC-L).

Cette rencontre a permis aux responsables de comités et associations de développement des quartiers de Lomé bénéficiaires du programme d’exposer la situation sur le terrain et les différents problèmes rencontrés. Plusieurs ministres, notamment Mme victoire Tomégah-Dogbé du développement à la base, Mawussi Djossou Sèmodji de la planification, Charles Kondi Agba de la santé, Yark Damehame de la sécurité, Mme Ekoué Dédé Ahoéfa de l’environnement et Bissoune Nabagou de l’eau ont marqué de leur présence la rencontre.

Assitance_presidence.jpg

Vue partielle des Membres du gouvernement présents à la cérémonie

 

 

Initié par le ministère du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes (MDBAJEJ), le “PDC-L” a été officiellement lancé le 31 août dernier. Il est exécuté par l’Agence Nationale d’Appui au Développement à la Base (ANADEB), “bras opérationnel” du MDBAJEJ.

Après avoir pris en compte dans un premier temps et dans le cadre de sa phase pilote, les quatre quartiers pilotes de Lomé, à savoir, Bè-Agodogan, Agoè-Nyivè-Kitidjan, Kodomé et Agbalépédogan, le programme a passé à l’échelle supérieure en touchant vingt nouveaux quartiers. Casablanca, Avenou Batomé, Gbadago, Zilito, Sogbossito, Apédokoè-Gbomamé, N’kafu, Kanyikopé, Dénouvimé-Sossoukopé, Sanguéra Centre, Bè-Ahligo, Akodésséwa Avélimé, Totsivi-Gblinkomé, Agoè-Téléssou, Elavagnon-Téléssou, Akoin, Wonyomé, N’tifafa, Doumasséssé et Agoè Klévé.

En l’espace de 6 mois, les actions entreprises en faveur des quatre premiers quartiers dans le cadre de la phase pilote a donné des résultats significatifs et édifiants. Relevant les éléments de l’impact positif direct du Programme sur les populations, les représentants des quartiers bénéficiaires n’ont pas manqué de soulever des problèmes rencontrés sur le terrain notamment des cas d’insécurité et la prolifération de sachets plastiques…ceci en dépit du décret portant interdiction de la production, la distribution et la commercialisation des sachets plastiques et autres non biodégradables.

L’effectif de jeunes sans emploi, le taux de femmes à faible revenu, le niveau d’insalubrité du quartier, l’existence des organisations communautaires et, l’état et le nombre des infrastructures socio communautaires de base, sont les critères de sélection des quartiers retenus. Ils ont demandé au chef de l’Etat l’implication des communautés de base dans l’exécution de certains projets au profit des populations.

Nous allons maintenant prévoir des frais de fonctionnement, après une concertation entre le MDBAJEJ et les communautés bénéficiaires” a annoncé le chef de l’Etat dans son intervention.

Revenant sur le phénomène des sachets plastiques qui se retrouvent dans les caniveaux, après usage, le président Faure Gnassingbé a précisé qu’ ’’il y a des Ongs qui rachètent ces sachets. Nous allons essayer de les contacter, afin de les aider“.

Etat_Faure_Gnassingbe.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chef de l’Etat lors de son intervention

 

 

Après plus de 10 mois de mise en œuvre du programme, des données suivantes sont enregistrées :

– 20 jeunes filles dont 5 coiffeuses et 15 couturières ont chacune un kit et se sont installées pour mener leur activité,

– 41, 135 millions de F.CFA servent de crédit épargne à 879 femmes pour soutenir leurs activités génératrices de revenus.

– 21, 622 millions de F.CFA sont investis pour aménager les ouvrages socio collectifs

– 17, 157 millions de F.CFA sont débloqués pour rémunérer 1497 personnes impliquées dans l’assainissement de leurs quartiers à travers les travaux à haute intensité de main d’œuvre,

– Au moins 50 millions de F.CFA seront débloqués durant cette semaine pour régler la première tranche du montant des contrats de construction des bâtiments scolaires dans 11 quartiers avec des entreprises BTP.

Quatre (04) axes essentiels ont été retenus dans la mise en œuvre stratégique du Programme : l’assainissement des quartiers concernés à travers les travaux à haute intensité de main d’œuvre, la facilitation des femmes au crédit par un appui financier, l’insertion des jeunes en fin d’apprentissage et l’aménagement des ouvrages socio collectifs de base. 

D’un coût global de ce Programme est estimé à 5, 175 milliards de F.CFA à raison de 20 millions de F.CFA par an et par quartier pendant trois ans, le “PDC-L” veut amener en trois années (2013 à 2015) les habitants de 75 quartiers défavorisés de Lomé, soit 52% à mieux se prendre en charge pour assurer leur épanouissement et contribuer au développement du Togo.

La Rédaction

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Togoportail, site primé Meilleur Journal en ligne en 2012 au Togo

 

Advertisement